USA : Pas d'homme fort en vue au Parti républicain

La victoire de Mitt Romney lors de la primaire du Michigan, mardi 15 janvier, en est une preuve supplémentaire : les républicains ne savent plus comment surmonter leurs divisions ni vers quel candidat se tourner.

Y a-t-il un candidat capable d'unir les républicains ? La victoire confortable du candidat Mitt Romney lors de la primaire républicaine du Michigan, mardi 15 janvier, signifie que trois Etats très différents – ayant des électorats très différents aux préoccupations différentes – ont chacun désigné un candidat différent pour mener le parti dans une bataille électorale qui promet d'être difficile.

Mitt Romney l'a emporté aisément dans le Michigan, l'Etat où il a grandi, en mettant l'accent sur le ralentissement économique, un sujet de préoccupation majeur pour l'électorat local. John McCain, le sénateur de l'Arizona, l'a emporté dans le New Hampshire le 8 janvier grâce au soutien des électeurs dits indépendants, qui ont un grand poids dans cet Etat. Et Mike Huckabee, l'ancien gouverneur de l'Arkansas, l'a emporté, le 3 janvier dernier dans l'Iowa, grâce à des électeurs conservateurs sur les questions de société, qui représentent une part substantielle de la population locale.

Concrètement, le scrutin du 15 janvier vient confirmer ce que montraient les sondages : un Parti républicain à la dérive, profondément divisé et ne sachant pas trop comment contrer un Parti démocrate qui a le vent en poupe.
Même victorieux, M. Romney est la preuve que le parti est en difficulté. Certes, il a remporté la primaire du Michigan, mais seulement après avoir fourni de gros efforts dans cet Etat alors qu'il considérait jadis cette primaire comme une promenade de santé.

Plus que tout autre candidat du camp républicain, M  Romney s'est efforcé de rallier à la fois les tenants d'un conservatisme économique et d'un conservatisme sociétal qui s'étaient regroupés derrière Ronald Reagan et que le président Bush a remarquablement fédérés pendant ses deux campagnes et durant la plus grande partie de son séjour à la Maison-Blanche.
Les
difficultés de M. Romney soulignent les tiraillements qui agitent cette alliance. Sera-t-il capable de continuer à fédérer autour de lui les différents courants conservateurs ? Telle est désormais la question centrale de sa campagne.

Les prochaines primaires républicaines auront lieu en Caroline du Sud et dans le Nevada samedi 19 janvier, puis en Floride la semaine suivante. Et là encore, il s'agit d'Etats avec des électorats très divers, aux préoccupations très différentes.
Au train où vont les choses pour le Parti républicain cette année, cinq candidats seront en mesure de revendiquer chacun une victoire à l'issue de la primaire de Floride, qui se tiendra le 29 janvier prochain.

Adam Nagourney
The New York Times



16/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres