Sénégal : Idrissa Seck a son parti politique

Le Front pour le progrès et la justice (FPJ), ancien parti de la mouvance présidentielle sénégalaise, est devenu "Reewmi" qui veut dire Le pays. Idrissa Seck, l'ex-premier ministre de Abdoulaye Wade en est le président.
"Je suis prêt à m'aligner derrière celui que les suffrages auront désigné comme le meilleur profil dans l'opposition", l'opposition qui ira au second tour avec Wade assure Idrissa Seck. Pour lui, "Il faut un rassemblement pour se concentrer sur le pays". D'où, le nom de son nouveau parti " Rewmi". Il espère que pendant la présidentielle, la coalition de l'opposition acceptera de porter le nom "Rewmi".
Idrissa Seck et ses compagnons, exclus l`an dernier du Parti démocratique sénégalais (PDS) du président Abdoulaye Wade pour activités fractionnistes, ont tous intégré " Reewmi ". Par la suite, Idrissa Seck a été emprisonné durant sept mois pour de présumées malversations dans l`exécution de chantiers de sa ville de Thiès, pour atteinte à la sûreté de l`Etat et à la défense nationale. Depuis Il a bénéficié, d`un non-lieu.
Deux mois après sa sortie de prison, Idrissa Seck a choisi le jour de la fête de l'indépendance pour annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle. Idrissa Seck reste toujours fidèle à ses idéaux d'antan. De plus, il fait appel au soutien de ses anciens compagnons du PS. "Ma famille naturelle, au sens des hommes et des femmes qui y partagent ma vision et mes valeurs et qui sont majoritaires, qu'ils se soient manifestés ou cachés".
Cet appel de ralliement, il l'adresse également à l'opposition : "J'adresse aussi, à l'opposition patriotique, un appel au rassemblement, lance-t-il. Rassemblement de toutes les citoyennes et de tous les citoyens qui, après avoir contribué à l'alternance de mars 2000, en rejettent les souillures et les reniements et portent leur choix sur moi pour servir le Sénégal".
Il y a neuf mois de cela, Idrissa Seck avait promit qu'il ne se présenterait pas contre Abdoulaye Wade. Depuis, sa sortie de prison, les tentatives de réconciliations entre les deux hommes ont échoué. Sur la chaîne RFI, l'ex-Premier ministre Idrissa Seck a déclaré qu'il "est totalement impossible" qu'il y ait "une réconciliation politique" entre lui et Abdoulaye Wade. Pour idrissa Seck, s'il doit avoir réconciliation entre eux, il faudrait que Wade prenne "conscience, comme l'a fait Mandela, qu'il ne doit pas faire un mandat de trop. La vieillesse fait baisser la forme et quand on a le souci d'éviter au père le naufrage, on lui demande de ne pas faire un mandat de trop".
Pour le PDS, le parti d'Abdoulaye Wade, la candidature de Idrissa Seck "est un non événement et reste une hypothèse dans la mesure où l'ancien Premier ministre n'est pas totalement tiré d'affaires sur le plan judiciaire " .

Ramata 




27/10/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres