Russie : partis politiques en péril


Sur les quinze partis politiques russes ayant une existence légale, plusieurs pourraient ne pas survivre à l'année 2008. C'est le cas du Parti de la renaissance de la Russie (PVR), qui s'est dit "prêt à mourir", rapporte le journal moscovite Kommersant. Guennadi Samokhvalov, un des responsables du PVR, a annoncé la dissolution imminente de sa formation, qui n'atteint pas le seuil minimal des 50 000 membres fixé par la loi.

En outre, le PVR accuse une autre tare constituant un motif de liquidation par le Service fédéral d'enregistrement à partir du 1er janvier 2009 : il n'a participé à aucun scrutin fédéral, régional ou municipal au cours des cinq dernières années. En effet, le PVR, fondé par l'ex-président de la Douma Guennadi Seleznev, n'a été en lice qu'aux législatives de 2003.

Outre le PVR, trois autres partis, qui n'ont participé ni aux dernières législatives (de décembre 2007) ni à la présidentielle (mars 2008), sont dans une situation délicate. Il s'agit de l'Union populaire, des Verts et du Parti de la paix et l'unité. Au niveau fédéral, seuls quatre partis sont représentées à la Douma d'Etat, la chambre basse du Parlement russe, dont Russie juste, le LDPR de l'ultranationaliste Vladimir Jirinovski, le Parti communiste et Russie unie, le parti dont Vladimir Poutine a accepté de prendre la tête et qui dispose de 315 des 450 sièges.



06/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres