Palestine : quand les bandits deviennent des martyrs

Les attaques israéliennes contre Gaza ont dérouté la presse palestinienne, qui, depuis plus d'un an, est partagée entre partisans du Fatah et du Hamas. Comment qualifier aujourd'hui de martyrs ceux qui hier étaient dénoncés comme des miliciens ?

Les bombardements de la bande de Gaza par l'aviation israélienne ont embarrassé les médias palestiniens, qui avaient pris goût à mettre de l'huile sur le feu. Qu'ils soient de Ramallah – et donc proches du Fatah – ou de Gaza – et donc proches du Hamas –, ils ont exploité jusqu'à la dernière goutte le sang des victimes des dernières attaques israéliennes. Ces victimes étaient pour la plupart membres des Brigades Azzeddine Al-Qassam [proches du Hamas], brigades souvent qualifiées à Ramallah de "sinistres bandes du Hamas" ou de "milices insurrectionnelles". Or la sauvagerie des attaques a provoqué quelques changements éditoriaux, de telle sorte que les journaux de Ramallah ont glorifié les victimes du massacre et les ont élevées au rang de martyr, chose qu'ils refusaient de faire depuis que le Hamas contrôle Gaza. Cela dit, ils ont tout de même expliqué que c'est la politique du Hamas qui est à l'origine du drame.

A Gaza, il n'existe qu'un seul quotidien, Falastine, qui est interdit en Cisjordanie. Il a consacré un éditorial au fils de Mahmoud Al-Zahar, haut dirigeant du Hamas, mort dans les bombardements. Sous le titre "Dieu provoquera leur perte" et à grand renfort de sourates coraniques tordues dans tous les sens, il accuse "ceux de Ramallah" de s'être "vendus à leurs maîtres sionistes, d'avoir vendu leur honneur et d'avoir vendu l'honneur de la Palestine". Zahar père avait d'ailleurs dit que "Ramallah [était] complice de ce crime", déclaration que les médias de Ramallah n'ont pas manqué de dénoncer, tout en publiant en une les condoléances exprimées par le Premier ministre Salam Fayyad [du Fatah].

Les déchirures palestiniennes se sont également retrouvées à la télévision. Depuis que la bande de Gaza est contrôlée par le Hamas, la chaîne de Ramallah ne peut plus y travailler. Mais elle a repris les images tournées sur place [par des journalistes proches du Hamas] et a donc retransmis telles quelles les scènes d'horreur et de sang, loin de toute éthique professionnelle et de responsabilité sociale. Or pendant que l'image montrait les martyrs du Hamas défilaient en bas de l'écran des commentaires hostiles, voire insultants pour les dirigeants de Gaza. Ensuite, après la multiplication des appels de téléspectateurs invectivant Mahmoud Abbas, la chaîne a pris soin de filtrer les interventions par téléphone dans ses émissions en direct.

A Gaza, la chaîne Al-Aqsa a tellement versé dans l'éloge du Hamas que cela ressemblait à la propagande des régimes arabes totalitaires. Les simples citoyens ont pu être abusés par les commentaires qui imputaient la responsabilité du crime à Mahmoud Abbas, à Mohamed Dahlan et aux autres dirigeants du Fatah, bref "ceux de Ramallah", insultés et exhortés à revenir sur leur ligne politique et à rejoindre le Hamas. Quant au reste des soixante et onze radios et télévisions travaillant dans les Territoires, elles se sont contentées de reprendre sans autorisation préalable les images d'Al-Jazira, perpétuant leurs pratiques de piratage.

Abderrahim Abdallah
As-Safir



23/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres