Le serment de fidélité de Marcel

Il avait fait le serment de rester fidèle au chef de l'Etat, quoi qu'il arrive. Il a effectivement tenu son serment en ne pipant pas mot sur les tenants et aboutissants de l'assassinat du journaliste dont tout indique qu'il a été préparé et exécuté par les hommes du président. Nous publions pour l'histoire un document écrit de la main de Marcel au chef de l'Etat. Il date du 26 juin 1999, quand Marcel était toujours en pension à la MACO. Nous avons pris sur nous de corriger les fautes.


Ouagadougou, le 26/06/99

Excellence Monsieur le président du Faso(Grand frère)

Si je me suis permis ce privilège en vous adressant cette note, c'est qu'au fond de moi une certaine affection morale, physique, déterminante et sincère me lie à votre très illustre personnage. En effet, Excellence, les mots me manquent en ces moments difficiles de notre évolution et de notre histoire pour vous témoigner notre engagement et notre sincérité à votre endroit, à mener la lutte jusqu'au bout. Notre engagement ne se limite pas à vous, mais à votre famille toute entière et à tous ceux qui vous sont chers.
Ce que je peux vous demander et vous dire, c'est que vous pouvez croire à tout instant, en tout lieu, à tout moment et à chaque fois, que vous pouvez nous faire confiance. Vous avez notre confiance toute entière, excellence.
Nous, à aucun moment, nous n'avons jamais douté de votre confiance et de votre sincérité à notre égard. Quelque soit la situation, nous sommes avec vous et demeurerons toujours avec vous. Quand à notre moral, il est au beau fixe. Nous jouissons et nous sommes tous animés d'un moral de fer.

Excellence, les mossis disent toujours "que c'est pas en mangeant la chaire d'autrui qu'on peut prouver qu'on l'aime." Nous n'ignorons pas les efforts que vous multipliez pour que notre chère patrie retrouve la paix politique et sociale. Je vous informe excellence que j'ai reçu la visite de mon père, qui m'a répété la même chose ce matin et qui a beaucoup insisté que même si je dois quitter ce monde à cause de ce problème, de garder et mériter toujours la confiance que vous avez placé en moi.

Excellence, vous m'excuserez beaucoup d'avoir abusé de votre temps très précieux en cette période.
Que Dieu vous donne toujours cette force morale et une santé parfaite pour que vous puissiez être au devant des choses et que le peuple du Burkina Faso tout entier puissent toujours bénéficier de votre sagesse et tout ce que vous faites quotidiennement pour ce pays. Même pour les ingrats, les populistes et les aventuristes.

Recevez Excellence mes sentiments les plus sincères

Très haute considération
Adjudant Marcel Kafando


Le même jour Marcel adresse une autre lettre à François Compaoré pour le rassurer

Grand frère, Bonjour

Cette note est pour vous témoigner notre engagement, notre détermination et notre sincérité à votre endroit. Depuis notre présence à la maison d'arrêt, à aucun moment nous n'avons eu un moral flottant. C'est pour vous dire que nous savons bien ce qui vous rend très triste en ces temps, mais tout compte fait je vous demande de garder le moral au top car toutes les ingratitudes de la part des uns et des autres auront une fin très lamentable. Ce que je vous demande de retenir, c'est que nous sommes ensemble et demeurerons toujours ensemble. La seule chose qui peut nous séparer c'est la mort. Si aujourd'hui nous baissons le moral, les imbéciles vont croire qu'ils ont gagné. Ils n'ont fait que gagner une phase du combat mais pas la guerre. Nous sommes tous déterminés pour la suite de la lutte.
Grand frère je vous rassure que nous sommes tous confiants, animés d'une ferme volonté pour l'aboutissement heureux de la lute. Faites confiance car nous vous faisons une confiance entière.
Les caméléons, les ingrats, les populistes et les mendiants ne peuvent en aucun cas nous séparer quoi qu'ils fassent. Garder votre calme et rassurez-vous que notre présence ici ne nous enlève rien de ce que nous sommes, bien au contraire ça fait de nous des hommes qui ont opté pour une cause pour un système en place.
Je sais que vous accélérez les choses à votre niveau, cela mérite beaucoup nos encouragements. Nous avons reçu la visite d'un de nos avocats ce matin.

Je vous souhaite une santé parfaite et un moral de fer.
Recevez mes sentiments les plus sincères

A Bientôt.
Marcel



20/01/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres