Le sergent Babou Naon enfin libre !

 L'événement a eu lieu le vendredi 30 octobre à 9 heures à la Maison d'Arrêt et de Correction de l'Armée située au camp de Gounghin. Condamné à 6 ans de prison ferme, Babou Naon est le seul prisonnier à avoir entièrement purgé sa peine. Le capitaine Ouali Luther Diapagri condamné à 10 ans ferme a pris la clé des champs, le capitaine Bayoulou et le caporal Bassolet Bassana ont bénéficié de remises de peine, seul Naon considéré comme une tête brûlée est resté en prison jusqu'à la fin de sa peine. Durant son séjour carcéral, l'homme aurait fait l'objet de plusieurs tentatives d'empoisonnement et de provocations de toutes sortes. Même malade, il n'a pas bénéficié du droit d'accès à son médecin personnel. C'est le médecin militaire ou la crève. Lors d'une rencontre que nous avons eue avec lui au temps où il était encore à la MACO, il nous avait confié que ses geôliers cherchaient à tout prix à abattre son moral, mais il ne se laissera pas faire. De la part d'un commando éduqué à la dureté, ce n'est pas étonnant. Dès sa libération, il est parti pour le village où les parents sont sans doute impatients de le revoir et de célébrer dans la joie sa sortie. Sans doute que les mannes des ancêtres qui ont veillé sur sa vie seront une fois encore remerciées et priées de continuer à le couvrir de leur protection. La liberté physique pour Naon n'est pas synonyme de sécurité. D'autres en ont fait l'amère expérience et cela devrait pouvoir servir. Il va sans dire que vu les menaces que certains font peser sur l'ex-sergent Naon, l'Etat burkinabè doit se sentir responsable de sa sécurité. GBN



28/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres