Aide au plus démunis : Une clinique juridique à Ouaga 2000

Elle est destinée aux pauvres même si elle est située dans le quartier huppé de Ouaga 2000. La clinique juridique de l'Institut pour la gouvernance démocratique (IGD) a été lancée le mardi 20 juillet dans la salle de conférence de Joly hôtel. Selon son premier responsable, Abdoulaye Soma, la mission de la clinique est de fournir des informations juridiques sur des questions diverses, touchant la plupart des domaines du droit tels la protection des droits fondamentaux, le droit constitutionnel ou la gouvernance démocratique.

Les consultations sont gratuites et entièrement confidentielles. Le public cible, c'est principalement les couches déshéritées de la société, les personnes qui sont en marge de la justice. L'objectif de la clinique est de les aider à avoir accès au service de la justice. Pour ce faire, la clinique va s'attacher les services des étudiants et des stagiaires pour accueillir et traiter les dossiers des demandeurs. Tous les cas soumis à la clinique doivent d'abord être approuvés par une équipe de professionnels. Advenant cette approbation, une équipe d'étudiants et de stagiaires sera assignée à chaque cas et un rendez-vous pour une entrevue sera fixé dans les semaines qui suivent. L'entretien avec le " client " vise à l'orienter sur son problème. On peut lui conseiller un règlement amiable ou le guider vers la justice s'il s'agit d'un cas litigieux.


Au fond, cette initiative n'est pas nouvelle au Burkina contrairement à ce que laisse penser le terme " clinique juridique ". Les boutiques de droit du Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP) font un travail de conseil et de médiation juridiques depuis une dizaine d'années à Ouagadougou et dans plusieurs provinces. L'innovation que va apporter la clinique juridique, ce sont les audiences foraines que les responsables comptent organiser dans les quartiers de Ouagadougou ainsi que dans les provinces pour recueillir les problèmes récurrents rencontrés par les populations en matière de justice et de droits humains. Il s'agira de leur expliquer les procédures à suivre et mettre les moyens à leur disposition pour qu'elles puissent faire les choix qui s'imposent.

Il faut préciser que les intervenants de la clinique vont recevoir au préalable une formation qui va les doter d'un certain nombre de connaissances et de savoir-faire en matière d'action juridique et judiciaire. Ces personnes (étudiants et stagiaires) sont épaulées par des professionnels du droit (avocats, universitaires). En attendant sa décentralisation dans les quartiers populaires, les usagers sont priés d'aller à Ouaga 2000 au siège de l'IGD pour soumettre leurs problèmes. La consultation est gratuite. Idrissa Barry



13/08/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4227 autres membres