Le doyen de la presse burkinabè reçoit les lauriers de la France

Le directeur de publication de l’Observateur Paalga, Edouard Ouédraogo, a reçu la médaille de Chevalier de l’Ordre national du mérite de la République française ce mardi 29 janvier 2008 à la résidence de l’ambassadeur de France à Ouagadougou.

Edouard Ouédraogo est le directeur du premier quotidien privé du Burkina Faso crée en 1973.   Il a été distingué pour son engagement en faveur du professionnalisme dans le domainde des media, du développement des libertés publiques. «Je reçois cette distinction comme une reconnaissance de la qualité du travail qui est déployé par l’ensemble de la presse burkinabé, quelle soit étatique ou privée, pour non seulement la consolidation de la démocratie dans notre pays, mais aussi pour la défense des droits de l’homme, et le développement d’une information saine au profit de nos populations » a affirmé le récipiendaire selon Alain Saint Robespierre, le journaliste ayant assisté à la cérémonie. « C’est un appel à mieux faire. Pour nous autres, on peut dire qu’on a notre passé derrière nous. Mais pour vous autres, c’est une incitation à mieux faire que nous » a-t-il conclu.

La candidature du directeur a été proposée par l’ancien ambassadeur de France au Burkina Faso, Maurice Portiche, aujourd’hui en poste au Laos.

Ramata

 

Bio express

- 1965-1969 : études universitaires à Ouagadougou puis à Dakar et enfin à Dijon.

- 1973 : cofondateur et directeur de publication de l’Observateur, le 1er quotidien privé du Burkina Faso et de toute l’Afrique de l’Ouest, devenu, depuis 1991, l’Observateur Paalga. Il occupera plus tard le poste de premier vice-président, au niveau africain, de la Société des éditeurs de la presse privée, dont il a été premier président-fondateur de la section du Burkina.

- 1992 : président-fondateur du Groupe d’études et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social (GERDDES).

- 1995 : Lauréat du prix de « la libre expression » de l’Union de la presse francophone (UPF). Cette distinction est attribuée, aux termes de l’article 2 de l’organisation, à un journaliste qui a « dans un environnement difficile, maintenu son indépendance malgré les atteintes à sa personne ».

- 1995-2000 : coprésident du collectif pour l’observation des élections au Burkina Faso et en Afrique.

- 2005 : Prix spécial CIVIPAX pour la démocratie et la paix.

Passionné de littérature, Edouard Ouédraogo publie en 1996 un ouvrage intitulé : « Voyage de la Haute-Volta au Burkina Faso ». Aujourd’hui, le directeur de publication de l’Observateur Paalga occupe les fonctions de président de la section burkinabé de l’UPF et de vice-président de l’UPF pour l’Afrique de l’Ouest. Source : L’Observateur



01/02/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres