L'UNDD ni pour Thom Sank ni pour Blaise Compaoré

Commémoration du 15 octobre

L'UNDD ni pour Thom Sank ni pour Blaise Compaoré


Le Bureau exécutif national (BEN) de l'UNDD de Hermann
Yaméogo a affirmé dans un communiqué de presse daté du 26 octobre 2007 qu’il ne soutient ni les actions Sankaristes ni celles du camps de Blaise Compaoré lors de la commémoration du 15 octobre.  

Le Ben dit regretter que le pouvoir de Blaise Compaoré se soit invité comme un éléphant dans un magasin de porcelaine à la commémoration des 20 ans de l’assassinat de Thom Sank. Le BEN a souligné que Blaise Compaoré aurait pu, si sa soif de se manifester était si inextinguible, de choisir une autre date ou à la limite, donner une toute autre forme à sa commémoration.

Pour le Ben, Blaise Compaoré au lieu de faire du 15 octobre un moment de glorification du régime, de ripailles et de réjouissances multiples, il aurait dû saisir l'occasion d'un bilan critique, exhaustif et inclusif, dans la perspective d'une réconciliation nationale qui, à ce jour, est loin d'être faite.

Toujours selon le parti de Hermann Yaméogo, les manifestations des Sankaristes et des «mouvanciers » n'ont pas mis en exergue les véritables préoccupations nationales liées à la cherté de la vie, à la pauvreté, à l'insécurité, aux graves insuffisances démocratiques. Les Sankaristes ont exclusivement célébré la mémoire de Thomas Sankara et le sankarisme comme seule voie de salut pour le peuple; de l'autre côté, les Blaisistes ont glorifié la renaissance démocratique comme ouvrant la porte au paradis.

Le Ben dénonce cette bipolarisation et des manifestations qui contribue à la réduction des opinions politiques aux seuls « mouvanciers » et Sankaristes, et partant à une falsification de l'histoire par omission, dénaturation de certains évènements, du rôle de certaines structures politiques et sociales comme de celui de bien des acteurs déterminants de la mémoire collective.

S'agissant de la question de la gouvernance, l’UNDD a estimé que dans cette ambiance de célébration apologétique de la « renaissance démocratique» et de la gouvernance quasi exemplaire, son point de vue orientera quelque peu les choses sur les réalités nationales.
Le BEN a convenu de multiplier les actions de sensibilisation et de mobilisation de cette majorité silencieuse qui, pour avoir souffert de la révolution d'août, n'entend pas favoriser son retour, mais qui, pour avoir été trahie par les espérances nées du 15 Octobre 1987, ne se reconnaît pas davantage dans la fameuse renaissance démocratique tant vantée.

Le Ben convient qu'il faut plus que jamais livrer sans sectarisme pour l'histoire et pour les grands intérêts nationaux autour de la résistance en vue de la refondation démocratique, ce combat devant être mené en même temps que celui destiné à sauvegarder la mémoire burkinabè, actuellement victime de tentatives d'appropriations partisanes.

Aussi, un comité de 5 membres a été mis en place. Il a pour mission de proposer dans les plus brefs délais, une réflexion sur la question assortie d'un chronogramme d'activités.

Ramata


30/10/2007
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres