Gbagbo aussi se réarme !

  Le rapport des experts épingle également le camp Gbagbo qui n'a eu cesse de violer l'embargo sur le réarmement. L'ONU détaille les mécanismes de ce réarmement et les dangers qu'il fait planer sur le processus de sortie de crise.

Les experts de l'ONU pensent que le camp de Gbagbo se réarme de façon massive. L'unité militaire qui est au centre de ce réarmement, c'est la garde républicaine. Les enquêteurs de l'ONU n'ont jamais pu accéder aux installations de cette unité qui serait, de l'avis des autorités de la sécurité de Côte d'Ivoire, une unité vouée exclusivement à "assurer la sécurité du président de la République". Ce que conteste l'ONU parce qu'elle a observé "des unités de la garde présidentielle s'acquittant de fonctions autres que la protection présidentielle dans les rues d'Abidjan (…) La garde républicaine est une unité militaire, qui relève directement du chef d'état-major des forces armées nationales de Côte d'Ivoire et est donc soumise aux inspections selon les résolutions du Conseil de sécurité".
Les méthodes de réarmement de Gbagbo sont complexes. Mais la principale source, ce sont les organismes qui gèrent le cacao et le café. Elles pourvoient en argent et commandent en sous main du matériel qui peut être aussi utilisé en cas de besoin par l'armée. Il y a aussi des structures fantoches de la société civile qui sont également de bonne couverture. C'est le cas du comité national de soutien aux forces de réunification (CONASFOR) qui fait régulièrement des dons à l'armée ivoirienne, sans qu'on ait une idée assez précise de la provenance des fonds de sa générosité. NAB



28/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres