Ces princes qui veulent en finir avec la vie parlementaire

 

  "Le Koweït est à un des moments difficiles de son Histoire et vit une crise de régime." Le quotidien koweïtien Al-Raï Al-Aam tire la sonnette d'alarme dans une charge retentissante qui n'épargne pas la famille royale. "Certains membres de la famille royale veulent saper la démocratie. Ils ne se rendent pas compte que la Constitution a été une garantie pour la pérennité de leur règne et ils ne réfléchissent pas à ce qui pourrait les attendre à l'avenir. Certains disent que la Constitution a déjà été suspendue par deux fois, en 1976 et en 1986, mais ils ne disent pas que, dans les deux cas, cela a amené le pays à la perte. En 1976, c'est l'économie qui a souffert et, en 1986, c'est le pays tout entier qui a failli disparaître. [La vie démocratique n'a été rétablie qu'après la fin de l'occupation irakienne, en 1991.]

Cet article paraît alors que des députés s'apprêtent à interpeller une nouvelle fois des membres de la famille royale sur des dossiers concernant notamment le détournement d'argent du pétrole et alors que, depuis la récente victoire électorale des islamistes, il est devenu encore plus facile de dénigrer la démocratie. "Certains cherchent à discréditer le Parlement afin que l'opinion publique finisse par accepter une suspension de la Constitution, puis sa modification selon le bon vouloir de ceux que cela arrangerait", accuse encore le quotidien. "Y a-t-il blocage dans la politique économique ? Assurément. Des dysfonctionnements de tout ordre ? Assurément. Mais c'est une erreur d'accabler le Parlement. Ce n'est pas parce que les pratiques politiques actuelles sont contestables que la démocratie est à rejeter."



14/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres