Cameroun : Le non de la rue au président Biya

 

Depuis l'annonce, par le président du Cameroun Paul Biya, d'une révision constitutionnelle afin de supprimer la limitation des mandats présidentiels, qui l'empêche de se représenter en 2011, les manifestations se multiplient à Douala. Le 16 février, la situation a même dégénéré malgré "l'impressionnant dispositif des forces de l'ordre mis en place pour empêcher un meeting devant un lycée", relate le quotidien local Le Messager. Emeutes, scènes de guerre, interpellations et arrestations arbitraires sont devenues le quotidien des habitants de la capitale.

Mboua Massock Ma Batalong, par le passé à l'origine de plusieurs mouvements de désobéissance civile et qui comptait intervenir lors du meeting du 16 février, n'a pas pu s'exprimer. Pour cet opposant historique, le problème n'est pas tant la révision de la Constitution que le départ définitif et immédiat du président Biya, qui "favorise la corruption, la gabegie et les détournements des deniers publics".


19/02/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres