C'est quoi être maire ?


L'histoire tragico comique du maire de Gaoua donne une opportunité de parler de cette gent de nouveaux gestionnaires à la tête de nos communes. Ici aussi, comme partout ailleurs, nous n'avions pas d'expériences passées. Il a fallu tout inventer avec les erreurs et les méprises grossières inévitables.
Au fond, il y a quand même des choses basiques auxquelles personne n'a prêté attention. Pas même la hiérarchie. Ces choses basiques, les voilà:
le maire est hiérarchiquement sous le contrôle du préfet.
Depuis la révolution, le préfet burkinabè roule sur une Yamaha 100 de luxe. Même quand les préfets cumulaient les fonctions de maire, leur condition n'avait pas été améliorée.
Or voila que les maires, élus dans des communes, dont les ressources n'ont pas évolué se permettent des choses interdites à leur hiérarchie.
Bien évidemment, on ne peut pas mettre sur le même pied d'égalité les deux pouvoirs. Le premier est essentiellement administratif et le second est politique, issu de la volonté populaire. Les maires issus de la volonté populaire sont plus comptables de la bonne gouvernance que les préfets, simples administratifs. A la pratique, ces derniers se révèlent encore plus soucieux de l'intérêt public que les élus du suffrage universel.
Parce que dans ce domaine aussi, il y a l'approche par mimétisme, en l'absence de toute disposition règlementaire de la hiérarchie. Les maires ont pris comme exemple le député. Qu'est-ce que ce dernier a fait d'extraordinaire pour mériter de rouler en 8X8 ? Pourquoi on permet cela aux députés, eux aussi élus par le suffrage universel et on le refuserait aux maires ?
Ce sont des questions de fond que la gouvernance du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le laisser aller et le laisser faire ne permettent pas " d'adresser ", pour parler comme les anglophones. Le CDP fait un effort extraordinaire pour conquérir les postes politiques, ce que personne ne saurait lui contester. En revanche, ce grand parti ne s'est jamais donné les moyens de réfléchir et de théoriser sa pratique de la gouvernance. Quelle est l'éthique de sa gouvernance ? Que doit faire un élu CDP et que ne doit-il pas faire ? Après les municipales dernières, il y a eu un frémissement dans ce sens. Mais les choses ne sont pas allées très loin. On s'en est tenu juste à la question de la gestion des parcelles dans les communes qui avaient énormément de victimes à la première mandature. Mais c'est tout. Les maires n'ont pas de balises qui gouvernent leurs actions à la tête des communes. Chacun d'eux est venu avec son propre plan quinquennal de développement.
Dans le cas particulier de Gaoua, les populations et les partis politiques sont bien payés en retour de leur irresponsabilité. C'est une véritable coalition " tout sauf Ouali ", le précédent maire, qui a conduit à l'élection du maire actuel, dont personne n'ignorait la désinvolture et l'irresponsabilité. Si tout le monde s'est rendu compte à présent que c'est un irresponsable, c'est tant mieux. Ce serait encore mieux si Gaoua pouvait être le point de départ d'une jacquerie contre ces maires, potentats locaux, qui n'ont rien compris à la philosophie de la décentralisation et de la gouvernance locale. Le maire n'est pas un député local. C'est un vrai leader local, qui dirige un exécutif entièrement au service des populations. Le maire a plus de responsabilité que le député. Il vit davantage de privation que lui.
Or depuis, que voyons-nous ? Les maires s'achètent des voitures de plusieurs dizaines de millions pour des communes dont les budgets squelettiques atteignent rarement 100 millions. Tous les maires aujourd'hui n'aspirent qu'à cela. S'acheter des voitures de luxe pour se pavaner dans les ruelles de leur bourgade. Aucun, ou rarement, n'a un plan de développement des infrastructures de sa commune. Le parti ne se donne même pas les moyens de faire des contrôles à niveau. Il faut, à notre avis, imaginer des assemblées annuelles au niveau des partis, pour examiner la gestion des maires et leur donner des quitus. Au niveau des partis évidemment, en attendant la sanction des populations. Mais déjà, ce qui est survenu à Gaoua est un signal fort. NAB



19/05/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres