Obama veut dépasser les vieilles blessures raciales

 

Barack Obama a prononcé hier à Philadelphie un discours ferme et personnel sur la question raciale aux Etats-Unis, dans le but d'étouffer une controverse qui menaçait chaque jour un peu plus sa campagne pour l'investiture.

Le discours de trente-sept minutes de Barack Obama, le mardi 18 mars, est sa réponse la plus développée à l'avalanche de critiques suscitées par les propos du révérend Jeremiah Wright, son guide spirituel, qui était jusqu'à récemment pasteur de la Trinity United Church of Christ de Chicago, connu pour ses sermons enflammés et critiques de la politique américaine. Premier Noir à avoir une bonne chance de devenir président, Obama songeait depuis longtemps à aborder le sujet, mais les propos de Wright l'ont poussé à intervenir en urgence.

Décidé à prendre ses distances avec les sermons en question, Obama a déclaré qu'ils présentaient "une vision déformée du pays". Il a cependant profité de l'occasion pour évoquer les griefs et ressentiments qui règnent des deux côtés du fossé racial et pour presser tous les Américains de "dépasser leurs vieilles blessures raciales".

"La race est une question que le pays ne peut pas, à mon avis, se permettre d'ignorer en ce moment", a-t-il affirmé devant des ministres du culte et des membres de la communauté réunis au National Constitution Center. "Faute de quoi, nous ferons la même erreur que le révérend Wright dans ses sermons insultants sur les Etats-Unis - en simplifiant, stéréotypant et amplifiant les points négatifs au point de déformer la réalité."

Tout en indiquant qu'il espérait que la polémique s'éteindrait, Obama a ajouté : "Le fait est que les commentaires qui ont été faits et les questions qui ont émergé au cours des dernières semaines montrent que la question raciale est d'une complexité que nous n'avons jamais assumée : c'est une partie de notre union que nous devons encore parfaire. Si nous évitons la question, si nous nous retirons dans nos coins respectifs, nous ne pourrons jamais nous unir."

Si Obama a fermement dénoncé les propos tenus par son ancien pasteur, il a refusé de se détourner de l'homme qui l'a amené au christianisme, a célébré son mariage et baptisé ses enfants. Il s'est exprimé à partir d'une perspective biraciale, en tant que fils d'un père kényan noir et d'une mère américaine blanche.

"Les commentaires du révérend Wright ne sont pas seulement faux, ils sèment la division, a-t-il précisé. Ils sèment la division à une époque où nous devons être unis. Ils sont racialement chargés à une époque où nous devons nous unir pour résoudre ensemble toute une série de problèmes."

Obama a reconnu qu'il avait entendu son pasteur tenir des propos controversés, avec lesquels il n'était pas d'accord, mais a ajouté qu'il n'avait jamais entendu en privé Wright dénigrer quelque groupe ethnique que ce soit. Selon le sénateur, sa congrégation est typique des églises africaines-américaines : elle incarne "les luttes et les succès, l'amour et, oui !, l'amertume et les partis pris qui constituent l'expérience noire aux Etats-Unis".

Shailagh Murray, Dan Balz
The Washington Post



22/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres