Blaise est à l'étroit au Burkina

 

Conférer à son action politique une dimension historique est sans doute le vœu le plus cher du président du Faso, que l'on voit décidément sur tous les fronts de la diplomatie, par ces temps de crise sous-régionale. Très tôt engouffré dans le vide laissé par Félix Houphouët Boigny, le vieux doyen de la françafrique, notre président est en train de faire son nid, apparemment avec un certain succès. Les pouvoirs comme les oppositions des pays en crise semblent l'avoir accepté comme l'interface indispensable, l'élément tampon chargé à la fois de débander les muscles, et d'engager le dialogue afin de trouver une issue pacifique aux différends qui les opposent. Blaise qui, on l'imagine, est constamment à la peine, n'est en revanche pas mal récompensé. Le rôle qu'il s'est donné dans la sous-région est salué quasi unanimement, au point qu'il est en passe de devenir l'homme d'Etat africain le plus distingué par les écoles et les universités à travers le monde. Il a du reste déjà commencé l'apprentissage de sa future carrière de conférencier international et est désormais perçu par beaucoup comme un expert ès médiation.

Que les choses se compliquent sur le théâtre guinéen ne semble pas être gênant pour lui. Etre, ne serait-ce que pour un temps, la pierre angulaire du processus guinéen, est en soi un acquis important dans la valorisation de la stature de l'homme. A la manière dont il se surbooke volontiers, on comprend que ce qui compte, ce n'est pas l'efficacité, mais la visée personnelle. Quel Burkinabè pourrait-il raisonnablement se plaindre de la mythification de son président, si le monde entier nous le présente comme un homme providentiel? Les Burkinabè devraient plutôt être heureux d'avoir ce fabuleux don de Dieu ! Ce n'est pas pour rien que Ouagadougou est aujourd'hui une destination prisée pour les rencontres internationales. Il faut désormais inscrire au nombre des atouts de notre capitale, outre les poulets grillés et l'hospitalité légendaire des Burkinabè, la figure charismatique de Blaise.
Avec pareils atouts, nul besoin de dire que notre président est assuré, sauf surprise, de se faire de vieux os à Kosyam. C'est en tout cas l'intention que l'on croît deviner derrière le sourire mièvre qu'on nous donne à voir à chaque carrefour de notre capitale et surtout à travers les velléités de remise en cause de la disposition constitutionnelle qui gêne la réalisation de cette ambition.

Il nous faut cependant interpeller nos bonnes consciences sur les scories d'une gouvernance qui a par moments pris des libertés avec quelques principes sacrés qui fondent la république. A la veille du 11ème anniversaire du drame de Sapouy, le dossier judiciaire demeure toujours classé et on ne perçoit aucune lueur de volonté (judiciaire ou politique) de le réactiver. En somme, tous les dossiers de crimes politiques connaissent un sort semblable: le garage. Si on comprend bien la détermination de tous ceux qui profitent du pouvoir de Blaise Compaoré à pérenniser son règne, on comprend en revanche assez mal le peu d'imagination de ceux qui aspirent à autre chose qu'une démocratie en trompe l'œil. On attend toujours le sursaut salvateur qui ouvrira les portes du changement. Toutefois, il faut se protéger de la tentation du désespoir parce que tant que nous vivons, la vie doit continuer à porter un sens. Il n'est pas superflu de rappeler l'exemple des Klaus Barbie et autres Iwan Demjanjuk.* Soixante ans après les camps de concentration nazis, l'on continue de traquer les criminels de cette époque. C'est un peu long si l'on ramène le temps à l'échelle d'une vie. Mais il faut se consoler à l'idée que l'on ne meure jamais tout à fait, tant que survivra un seul Burkinabè sur la terre du Faso. C'est le sens du sacrifice de Norbert Zongo qui avait bien conscience des risques qu'il encourait et qui, à aucun moment, n'a reculé devant le devoir de témoigner. La justice triomphera bien un jour des prédateurs. GNB

 

" Iwan Demjanjuk est le premier collaborateur étranger de l'extermination nazie jugé en Allemagne ce mois de novembre 2009.



18/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres