A Las Vegas, on vote même dans les casinos

Afin qu'un maximum d'électeurs puisse participer aux caucus du 19 janvier, le Parti démocrate du Nevada a décidé d'autoriser les employés des établissements de jeu à voter sur leur lieu de travail.

Samedi 19 janvier, les joueurs du Bellagio, le luxueux casino de Las Vegas immortalisé dans le film Ocean's Eleven avec George Clooney, assisteront à un spectacle peu commun. Juste avant midi, les plongeurs, serveuses, concierges et autres grooms de l'établissement s'arrêteront de travailler pour se rassembler dans une grande salle de bal et choisir entre Hillary Clinton, Barack Obama et John Edwards leur candidat démocrate à la présidence.

La même scène se déroulera dans huit autres casinos installés sur le célèbre Strip de Las Vegas ou à proximité. Les caucus du 19 janvier vont se dérouler dans plus de 1 700 lieux à travers tout le Nevada, mais on estime que les électeurs qui se prononceront dans les casinos pourraient représenter plus de 10 % du total de l'Etat. Parmi eux, beaucoup de Latinos, qui joueront pour la première fois un rôle clé dans une course à la présidence.

On doit cette idée de voter dans les casinos aux responsables démocrates locaux, en collaboration avec les dirigeants nationaux du parti : leur but était d'augmenter la participation électorale dans une ville qui ignore les horaires de bureau classiques. En vertu du règlement adopté par le Parti démocrate du Nevada, seuls les casinos affiliés au plus important syndicat hôtelier de Las Vegas, la Culinary Workers Union Local 226, ont été choisis pour organiser des caucus.

C'est dans ce cadre inhabituel qu'aura lieu entre Clinton et Obama, les deux favoris démocrates, une confrontation bien différente de celles de l'Iowa ou du New Hampshire.
Dans le New Hampshire, Hillary Clinton s'était distinguée auprès des électeurs des classes moyenne et ouvrière, tandis que Barack Obama avait séduit les électeurs issus des classes supérieures et les habitants des villes universitaires – le genre de population "qui n'a pas besoin d'un président", avait raillé la sénatrice de New York.

Mais à Las Vegas, c'est tout l'inverse, puisque Hillary Clinton bénéficie du soutien de nombreux cadres des hôtels et des casinos, tandis qu'Obama est appuyé par les deux principaux syndicats d'employés : l'antenne locale du Service Employees International Union [le syndicat des employés du secteur des services] et la Culinary Workers Union [le syndicat des employés de la restauration].

Paul Kane et Alec MacGillis
The Washington Post



18/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres