Obama, trop cool pour un pays nerveux

Comme sans doute aucun autre candidat à la présidentielle avant lui (bon, d’accord, John F. Kennedy, peut-être), Barack Obama est l’incarnation du cool. Il est jeune. Il est tendance. Il est noir. S’exprimant d’un ton toujours égal, Obama a toujours l’air de dire : “Quoi, moi, m’inquiéter ?” Ses discours enthousiasment sans enflammer. Il parle d’espoir, de changement et de possibilités infinies, mais toujours d’un ton mesuré qui apaise tout en transportant. Son surnom de “No Drama Obama” [Obama, celui qui ne fait pas de drame] lui va comme un gant.

Et c’est précisément tout cela qui me paraît poser problème, à ce stade. Si son comportement plein de sang-froid et de maîtrise de soi contribuent à donner d’Obama l’image de quelqu’un qui est capable d’occuper la fonction présidentielle, il risque aussi de le faire paraître détaché face aux problèmes pressants du moment. Car le moins qu’on puisse dire, c’est que la période n’est guère rassurante pour les Américains. L’économie vacille. Le chômage augmente. La croissance est en berne. Les prix du pétrole crèvent le plafond, tandis que ceux de l’immobilier sont en chute libre. L’industrie automobile est au bord du gouffre. Nous sommes toujours empêtrés dans deux guerres, donc aucune ne semble se diriger vers un heureux dénouement. Al-Qaida a les coudées franches dans l’ouest du Pakistan. Et voilà que la Russie se comporte comme si elle voulait relancer la guerre froide.

Face à ces événements dramatiques, Obama propose des réponses réfléchies, équilibrées et pragmatiques. Il ne cherche pas à se faire passer pour un homme d’action en bombant le torse et en jurant de reprendre les forages pétroliers aux Etats-Unis [pour réduire la dépendance des Etats-Unis vis-à-vis du pétrole étranger, comme le fait le candidat républicain John McCain] ; ou de décréter une exonération fiscale temporaire afin d’alléger notre douloureuse facture de carburant [comme l’avait fait Hillary Clinton lors de primaires démocrates]. Lorsque la Russie a envahi la Géorgie, Obama a appelé, dans un premier communiqué, les deux parties à faire preuve de retenue. Lorsqu’il est devenu évident que les intentions de la Russie n’avaient rien d’angélique, les propos d’Obama se sont faits plus durs. Mais, en cette occasion comme dans la plupart des circonstances, il a parlé et agi sans émotion excessive. Il est resté – comment dire ? – cool.
Qu’il parle de soins de santé, d’énergie ou de menaces extérieures, Obama échoue presque toujours à transmettre un sentiment d’urgence. Certes, il a l’air plutôt sincère – convaincu, même. Mais, devant tant d’impassibilité, on finit par se demander s’il prend bien la véritable mesure des choses. Car, à l’évidence, l’Américain moyen a le sentiment que ses problèmes exigent une attention urgente. Il faut que le prix de l’essence baisse tout de suite. Que le marché de l’immobilier se stabilise tout de suite. Que le chaos international qui nous entoure soit réglé tout de suite. Il faut faire quelque chose au sujet de la couverture santé, du réchauffement climatique, de l’immigration clandestine, et des délocalisations d’usine. Et il faut le faire tout de suite.

Le côté survolté de McCain pourrait au fond paraître rassurant

Dans le camp opposé, John McCain vibre littéralement chaque fois qu’il prend la parole. L’homme est âgé, mais il a de l’énergie, parfois même à l’excès (on ne gagne pas le surnom de “Tornade blanche” en tenant des propos mesurés). Il tonitrue, il caresse dans le sens du poil, il sort régulièrement de ses gonds. Il a la réputation d’un homme qui agit plus avec ses tripes qu’avec sa tête. Considéré d’un œil froid, c’est exactement le genre de leader qui devrait inquiéter les électeurs. Mais il se trouve que l’électorat est déjà inquiet. Et, dans ces circonstances, le côté en permanence survolté de McCain pourrait paraître, au fond, rassurant.

Je ne veux pas dire par là qu’Obama doit chercher à modifier sa nature profonde ou faire mine de se préoccuper de problèmes qui ne sont pas importants à ses yeux. Et, bien entendu, la plupart des problèmes n’ont pas de solution immédiate. Mais le candidat démocrate devrait prendre conscience que le sang-froid en toutes circonstances n’est peut-être pas ce dont les électeurs ont envie dans cette élection. Car ne nous méprenons pas : Obama n’est pas un bosseur rasoir qui nous noie sous les chiffres sans être capable de les rassembler en un récit convaincant (ce qui est le talon d’Achille habituel des démocrates). Le problème, c’est que la façon qu’il a de débiter son récit est un peu trop équilibrée et élégante pour un pays nerveux comme le nôtre. Bill Clinton n’a pas bâti sa carrière sur sa seule capacité à sentir les préoccupations des électeurs, mais aussi sur son aptitude à leur montrer qu’il les ressentait. Obama doit absolument trouver une façon de faire similaire. Et vite. Parce que, en dépit de son charme, une attitude cool a aussi ses limites.


* Les italiques sont ceux de l’auteur.

Michelle Cottle
The New Republic

 



23/08/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres