Limogeage du directeur du CENOU


Le Conseil des ministres du 4 juillet dernier a limogé M. Robert Bibia Sangaré de son poste de directeur du Centre national des œuvres universitaires. Au lendemain des mesures de suspension des cours, de fermeture des cités et restaurants universitaires, on a appris par la bouche de l'infortuné directeur, que les étudiants avaient quand même eu droit aux repas qu'il avait déjà fait cuisiner et qu'il ne tenait pas à balancer. On a aussi appris qu'il a ordonné la prise en charge médicale de quelques étudiants blessés au cours des émeutes. Certains y avaient vu un pied de nez du DG du CENOU aux autorités universitaires. D'aucuns étaient même allés plus loin en insinuant que ce geste du DG illustre la rivalité sourde entre lui et son ministre. Ceci explique-t-il donc cela ? Aucun doute pour ceux qui croient voir dans l'eau. Si tel est le cas, c'est vraiment regrettable. Si nous sommes en démocratie, l'expression d'une divergence ne peut être considérée comme une faute. Au contraire, cela exprime la vitalité du système. Dans ces conditions, Robert Bibia Sangaré est tout simplement victime de la pensée unique. Etonnant tout de même quand le mauvais exemple nous vient de l'université considérée comme le royaume de la liberté de l'esprit !



23/08/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres