11 déc.à Ouahigouya : 38 petits millions pour la " Belle mère "

11 décembre à Ouahigouya : 38 petits millions pour la " Belle mère " On ne pouvait quand même pas dépenser les milliards pour la fête du 11 décembre en oubliant la belle mère nationale. La faute a été réparée au Conseil des ministres extraordinaire du 19 septembre dernier. Par la procédure du gré à gré et forcément sur le budget national, le gouvernement a décidé d'octroyer pour 38 millions et poussières la construction d'une hypothétique villa à Ouahigouya à la société AZIMMO. Cette villa est destinée aux festivités du 11 décembre. A force de chercher on a trouvé quand même un petit os à ronger à la belle mère nationale, pourtant bien repus de viande. Sans trop reparler de l'abus du gré à gré dont le gouvernement est coutumier, on peut franchement se demander à quoi servent les 11 décembre dans les régions si c'est pour continuer à "emboucher" les mega-opérateurs économiques de la capitale. En l'espèce n'aurait-il pas été tout à fait indiqué de donner cette villa à construire à un opérateur économique local de cette région ? Cela aurait rendu le gré à gré moins criminel, puisqu'il aurait contribué à créer de la richesse localement et à développer les capacités des entrepreneurs de cette contrée. Mais il a fallu en rajouter à celle qui croule déjà sous les marchés de l'Etat au niveau national pour des broutilles. En effet, que signifie 38 millions pour Alizeta Kando qui brasse des milliards de chiffres d'affaire ? Il faut savoir manger quand même. En cela il faut prendre l'exemple sur le vieux Oumarou Kanazoé. Depuis il a commencé les routes il a décidé, de lui-même, d'abandonner les bâtiments au moins grands que lui. Le défaut de la belle mère c'est qu'elle veut manger des deux mains. Mais en définitive c'est le gouvernement qui est coupable. Il n'a pas besoin de tordre le coup aux textes juste pour aggraver l'injustice. Bembemba qui vient de lancer une opération " mains propres " chez lui, serait bien inspiré de ne pas perdre de vue de situations pareilles qui transfigurent forcément la sincérité de la lutte contre la corruption. Parce que ce marché en est une. Newton Ahmed Barry



03/10/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres