Les scénaristes américains reprennent la plume

 

"Quelqu'un se souvient-il sur quoi nous travaillions en novembre ?" De retour après quatorze semaines de grève, le mercredi 13 février, les neuf scénaristes de NCIS ont eu du mal à retrouver le fil. En réponse à sa question, Shane Brennan, coproducteur exécutif de la série, n'a obtenu qu'une rangée de "regards vides", raconte Brooks Barnes dans le New York Times.

La même scène s'est renouvelée partout à New York et Los Angeles. Greg Garcia, le producteur de My Name Is Earl, a posé une condition à ses troupes : "Si quelqu'un prononce le mot strike ['grève', en anglais] et qu'il parle d'autre chose que de bowling [l'activité préférée du héros], il prend la porte !" Ce n'est pas sur leurs heures de travail que ses scénaristes débattront du succès ou non de la mobilisation.

La chaîne NBC a commandé autant d'épisodes que possible de My Name Is Earl, d'ici au 15 mai. Greg Garcia passe donc son temps au téléphone, l'œil rivé au calendrier. Il suit la rédaction des scénarios, planifie les tournages, supervise les castings… Il espère tourner dès le 27 février. Du moins si les conditions le permettent : Jason Lee, le héros de la série, avait rasé sa moustache pendant la grève. Aura-t-elle le temps de repousser ? Interrogé par Maria Elena Fernandez dans le Los Angeles Times, Garcia refuse de céder à la panique : "Le plus difficile sera d'obtenir de sa partenaire, Jamie Pressly, qu'elle rase la sienne. Elle a l'habitude de la laisser pousser lors des interruptions de tournage, et je crois qu'elle s'y est attachée."

La plupart des séries ne devraient pas revenir sur les ondes avant quatre semaines au plus tôt. La partie s'annonce ardue pour les scénaristes de Lost. La chaîne ABC leur a commandé cinq épisodes pour la fin de saison, au lieu des huit prévus initialement. Ils devront condenser au maximum une intrigue déjà très (trop ?) touffue.

D'autres séries ne reprendront qu'à la saison prochaine, comme Heroes : ses effets spéciaux demandaient trop de travail en préproduction pour être prêts à temps. 24 Heures chrono, Prison Break et Dirty Sexy Money resteront également sur des saisons avortées. Quant à Cane et K-Ville, qui peinaient à trouver leur public, la grève leur a été fatale : elles disparaissent corps et biens.

Un sursis a en revanche été accordé à Jericho, écrit Brian Stelter dans le New York Times. La chaîne CBS, qui avait annulé la série après sa première saison, a finalement commandé sept nouveaux épisodes. Les derniers des derniers. Ou peut-être pas, si l'audience est au rendez-vous. CBS a cédé à la campagne menée par des dizaines de milliers de fans : appels, courriels… et livraison de 20 tonnes de cacahuètes au siège de la chaîne, en clin d'œil à l'une des dernières répliques de la première saison.

Pour retrouver le feu des projecteurs, Jericho a un atout : le coup d'éclat de ses fans a beaucoup fait parler d'elle. Nellie Andreva, dans l'Hollywood Reporter, ironise sur le cauchemar des producteurs de Samantha Who (Samantha qui ?). La série, qui narre les déboires d'une amnésique (Cristina Applegate), avait été saluée à son lancement en septembre. Mais, après trois mois d'interruption, qui se souvient de Samantha ?

Marie Béloeil

 



16/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres