Le Danemark en proie à des émeutes


 Une vague d'émeutes nocturnes provoquées par des jeunes secoue le Danemark depuis une dizaine de jours. Elles génèrent un vif débat dans le pays, qui s'interroge sur son modèle de tolérance et sa politique d'intégration.


Neue Zürcher Zeitung (Suisse) L'écrivain danois Jens Christian Grøndahl constate que le Danemark s'est doté d'une nouvelle sous-classe sociale. Il analyse le point de vue de ses compatriotes sur les immigrants et les problèmes sociaux. "D'un côté, nous trouvons les habitants des ghettos, originaires d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient, peu éduqués, dont le mode de pensée est traditionnel. De l'autre côté, nous trouvons la classe sociale danoise prospère qui perd ses repères entre son embarras, qu'elle ressent en raison du retour d'une société de classes, et son besoin de montrer sa compassion et d'améliorer les relations à l'aide d'initiatives politico-sociales. Au sein de l'Etat providence, la position complaisante, marquée par la fustigation et l'introspection, est devenue tellement habituelle que les pyromanes et les criminels sont même considérés comme des victimes. Sur ce point, l'échec de l'intégration est flagrant : on relève une correspondance entre l'inclination sociale et morale à l'empathie et l'hypersensibilité des incendiaires ou des musulmans pratiquants." Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne) Siegfried Thielbeer estime que la société danoise n'est pas responsable des violences secouant le pays, qui n'aurait soi-disant pas suffisamment agi pour favoriser l'intégration des étrangers. "Depuis l'entrée en fonction du gouvernement conservateur et le durcissement de la politique d'asile, l'image d'un pays généreux et libéral, autrefois nourrie par le libertinage et sa longue tolérance pour la vente de haschisch dans la 'commune libre de Christiania', a pris un coup. Cela semble injustifié. Tout en limitant l'immigration, le Danemark a mis en place une politique d'intégration exemplaire." Sydsvenska Dagbladet (Suède) Les émeutes auxquelles ont participé de jeunes Danois à Copenhague ont lancé le débat en Suède sur la probabilité que des événements similaires s'y produisent. Selon le journal, "à l'instar de la plupart des autres pays européens, les émeutes opposant les jeunes et les forces de l'ordre se produisent déjà régulièrement en Suède. Une semaine sur deux, une école est incendiée. Le feu et la violence éclatent là où les conditions sont réunies. Ces troubles ne sont pas imputables à la société, mais il va sans dire qu'ils posent un vrai problème social, que l'intervention de la police à elle seule ne pourra résoudre. (...) D'après le quotidien danois 'Berlingske Tidende', 10 000 à 12 000 jeunes Danois sont sur le point d'être marginalisés de la société. La situation est pire en Suède. On avance en effet le chiffre d'environ 50 000 jeunes.

 



21/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres