Italie : Un prix échappe à Blaise !

 Au nombre des primés 2008 du prestigieux prix Galileo de Florence en Italie figurait Blaise Compaoré. Le chef de l'Etat burkinabè devrait y recevoir " le Galileo pour la résolution des conflits ethniques et sociaux " le 25 juin dernier. Et puis, à la publication définitive des primés, le nom du président burkinabè n'y figurait plus. Interrogé par des confrères italiens, le fondateur du prix et président du jury, Alfonso De Virgiliis, a répondu qu' " il ne fallait pas faire de polémique, car Compaoré n'aurait pas pu être présent à la cérémonie d'attribution du prix et donc, par statut, il n'aurait plus été primé".
Selon d'autres sources, le volte face du fondateur du prix serait le fait d'une pression populaire activement exercée par le Comité Thomas Sankara de Florence, traditionnellement ville de la Gauche et qui a accueilli la caravane Thomas Sankara, pour le vingtième anniversaire. Florence qui se remet difficilement de la débâcle électorale historique à l'occasion du scrutin qui a vu le retour aux affaires de Berlusconi, a trouvé les ressources pour contrer le dessein des organisateurs du prix Galileo 2008.
Le prix Galileo est une distinction prestigieuse placée sous le haut patronage du président de la République italienne. Il est supporté par des partenaires prestigieux comme le Théâtre du Maggio Musicale Fiorentino et l'Institut Théâtral Italien (Ente Teatrale Italiano), toutes deux financées en grande partie avec des fonds publics. C'est un prix né il y a 12 ans comme prix musical, et en 2003, on y a ajouté un prix spécial "pour la paix" car "qui aime la musique ne peut pas ne pas aimer la paix".
Le Comité Thomas Sankara se réjouit évidemment de cette situation, lui qui avait mobilisé le banc et l'arrière banc des hommes de gauche, des africanistes et des professeurs d'université dont certains auraient même publié des tribunes dans la presse locale pour expliquer pourquoi, le président burkinabè ne méritait pas une telle distinction.
Le 25 juin, une poignée d'activistes s'étaient donnés rendez-vous dans le lieu d'attribution du prix, pour chahuter le président burkinabè, si d'aventure il était quand même venu, in cognito. Ils ne verront pas Blaise Compaoré.
Les signataires de la pétition, notamment l'Association pour une gauche unie et plurielle, Unaltracittà/Unaltromondo, les Verts, la Fédération Africaine de Toscane, les Communautés sénégalaises, les Africains Démocrates et les Etudiants de Gauche se sont donc séparés sur un air de victoire. Une distinction a donc échappé à Blaise Compaoré

source Antonio Mele
Site Citizen-for-earth



01/08/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres