Film : Le 11 septembre 2001, version déjantée

Après avoir exploité le filon des films sérieux sur les attentats qui ont frappé le pays en 2001, les cinéastes choisissent de traiter le sujet avec humour. Même si celui-ci n'est pas toujours du meilleur goût.

Nous avons eu notre lot de films plus sérieux les uns que les autres sur l'Amérique de l'après-11 septembre, et la plupart ont irrémédiablement sombré dans les profondeurs du box-office. Aujourd'hui, plus de six ans après les attentats qui ont provoqué deux guerres et détruit la réputation des Etats-Unis dans le monde, c'est au tour des comédies de s'emparer du sujet.
Il n'est pas dit qu'elles auront plus de succès, mais au moins ce ne sera pas par excès de finesse. Certaines cultivent le mauvais goût de manière presque héroïque. Mais ces films pourraient montrer au public que l'ironie n'est pas morte dans les attentats.

Prenez par exemple Postal, comédie épaisse sur les mœurs d'Al-Qaida réalisée par Uwe Boll, qui se voit régulièrement décerner le titre de "pire réalisateur vivant". Le film commence avec deux terroristes se disputant pour savoir le nombre précis de jeunes vierges les attendant au paradis des martyrs. Ils finissent par appeler Oussama ben Laden sur son portable pour lui poser la question et quand celui-ci leur répond qu'ils n'en auront pas plus de vingt, les deux terroristes décident de changer de plan et mettent le cap sur les Bahamas. Est-ce drôle ? Peut-être pas. Mais cela devrait suffire à alimenter les chroniques des magazines télé et autres feuilles de chou pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Ben Laden est interprété par Larry Thomas, également connu pour son rôle de serveur excentrique dans la série Seinfeld. Parmi les autres personnage, on compte "un commando de fortes poitrines affrontant ben Laden et les talibans dans un face-à-face épique pour la domination du monde".

Si cela vous semble encore trop élaboré, essayez Harold and Kumar escape from Guantanamo Bay [Harold et Kumar s'évadent de Guantanamo], dernier épisode d'une série relatant les aventures de deux indécrottables fumeurs de pétards. Souvent décrit comme un "Cheech et Chong dans la guerre contre le terrorisme" [Cheech et Chong est un duo déjanté gros consommateur de cannabis], le film n'a pas beaucoup fait rire les défenseurs des droits de l'homme préoccupés par les suicides à Guantanamo. Et puis, il y a Zombie Strippers mettant en scène les cabrioles de l'actrice porno, Jenna Jameson au milieu de militaires ayant réussi à réanimer des soldats morts afin de continuer la guerre en Irak. Dans un genre plus engageant, il y a le nouveau film de Morgan Spurlock, auteur du documentaire sur la malbouffe, Supersize Me. Dans Where in the world is Osama ben Laden ?, qui vient de sortir aux Etats-Unis, le réalisateur se rend en Egypte, au Maroc, en Arabie saoudite, en Israël, en Afghanistan et au Pakistan pour remonter la piste - décidément compliquée - de l'homme le plus recherché par les Etats-Unis. Naturellement, il ne le trouve pas, mais Morgan Spurlock croise suffisamment d'hommes ordinaires - du marchand de tapis à l'imam - pour démystifier à la fois ben Laden et tout la région du Moyen-Orient.

Enfin, la sortie la plus attendue est peut-être celle de War Inc., satire sur les profiteurs de guerre, réalisée et interprétée par John Cusack. C'est l'histoire d'un tireur à gages, engagé par une société ressemblant fort à Halliburton pour prendre le contrôle de tout un pays du Moyen-Orient.

Andrew Gumbel
The Independent on Sunday



25/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres