ÉTATS-UNIS • Michael Moore s'attaque aux banquiers

Le célèbre documentariste américain Michael Moore fait appel aux banquiers de Wall Street pour faire la lumière sur "la plus grande escroquerie de l'histoire américaine". Dans son prochain film, il veut dénoncer la dérive du système financier américain qui oblige aujourd'hui l'Etat à débourser des centaines de milliards de dollars en plan de sauvetage. Dans une lettre ouverte envoyée à ses contacts et mise en ligne sur son site Internet, il appelle les témoins à faire preuve de courage. "Soyez de véritables Américains et faites votre devoir, écrit-t-il . J'ai déjà reçu des informations qui me permettent de croire que plusieurs d'entre vous connaissez la vérité et détenez des informations que le peuple américain doit savoir."

Malgré la promesse faite de préserver l'anonymat des sources, le réalisateur de Farenheit 9/11 a du mal à trouver des témoins. "La réputation de Moore n'est plus à faire", explique Howard Rubenstein, président d'une société de relations publiques new-yorkaise, interviewé par l'agence de presse Bloomberg. "Quand il choisit un sujet, Moore a tendance à noircir le tableau. Wall Street devra se protéger, c'est l'invasion des Huns."

Selon Davia Temin, directrice d'un cabinet de management, cette quête de vérité est symptomatique d'un changement de rapport entre les citoyens ordinaires et Wall Street. "Les Américains ont toujours eu une relation amour-haine avec Wall Street, explique-t-elle. Maintenant que nous nous rendons compte que la plupart des salaires perçus par ces financiers ne reposaient que sur du vent, la girouette pointe vers la haine. Wall Street doit s'en rendre compte et y répondre." Michael Moore ouvre une porte et attend à sa nouvelle adresse électronique (bailout@michaelmoore.com) les révélations chocs. http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=94634



18/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres