Etats-Unis d'Afrique, le CADRES-UA y croit

Convaincre les populations africaines de la nécessité d'aller enfin aux Etats-Unis d'Afrique. C'est le vœu du Comité d'action et de soutien pour le suivi de la réalisation des Etats-Unis d'Afrique (CADRES-UA). Cette nouvelle organisation de la société civile africaine a pour ambition première de mobiliser les Africains autour du projet des Etats-Unis d'Afrique. " Rôle de la société civile dans le processus de l'intégration africaine ". C'est autour de ce thème que les responsables de cette organisation ont animé un point de presse le 29 juillet dernier à leur siège au secteur 8 de Ouagadougou. CADRES-UA se veut une courroie de transmission entre les politiques et les populations à la base pour l'aboutissement de ce vieux projet africain. Selon le président Antoine Kouakou, l'union reste la seule alternative à l'Afrique pour résister à la mondialisation. Le Africains doivent réaliser leur unité ou se voir jouer toujours les seconds rôles lors des grandes décisions sur l'avenir de l'humanité. Il n'y a que l'union qui reste à ce continent pour sortir du gouffre dans lequel il est empêtré depuis les indépendances octroyées dans les années 60. Dès cette époque, des panafricanistes comme Kwamé N'krumah, Sekou Touré et autres avaient compris que le développement véritable de l'Afrique passe par son unité, d'où la naissance de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) qui a été transformée en Union Africaine à Durban en 2002, un pas vers les Etats-Unis d'Afrique. Les responsables du CADRES -UA ont bien planté le décor avec un rappel historique du panafricanisme qui est né depuis le début du XXe siècle avec la diaspora. C'est depuis décembre 2008 que la structure existe officiellement. Son siège est à Ouagadougou et cela du fait, selon les conférenciers, de l'exemple que constitue le Burkina en matière d'intégration des peuples. Le comité d'action ne souhaite pas entrer dans la polémique entre ceux qui prônent un gouvernement africain ici et maintenant et ceux qui plaident pour un processus graduel. Pour eux, l'essentiel c'est aller aux Etats-Unis d'Afrique, peu importe la façon de procéder. Et le CADRES entend s'implanter dans d'autres pays du continent pour être plus proche des populations et apporter sa contribution à la réalisation du projet. La structure est composée de membres provenant de plusieurs pays.

Moussa Zongo



24/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres