Armes légères et petits calibres, une menace pour la sécurité

Le grand banditisme et les conflits armés sont des conséquences de la circulation illicite des armes légères et des petits calibres. Dans les conflits armés, ce sont ces types d'armes qui sont utilisés. Il en est de même lors des braquages sur nos routes. Pour minimiser les conséquences désastreuses de ces machines à tuer, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'est dotée d'un programme de contrôle des armes légères de la CEDEAO (ECOSAP). Ce programme a des relais locaux dans les pays membres de l'organisation. Son répondant au Burkina est la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères (CNLPAL). Dans le but d'obtenir des données plus fiables sur la circulation illicite des armes dans l'ensemble de la sous région ouest-africaine, la structure mère ECOSAP a financé des enquêtes dans les pays membres. A l'issue de l'enquête menée dans l'ensemble du pays, un atelier a été organisé pour valider les résultats. Pour éclairer l'opinion sur le travail effectué sur le terrain, elle a tenu un point de presse le 1er août dernier à l'hôtel Splendid. 120 enquêteurs ont été envoyés dans les 45 provinces. Un accent particulier a été mis sur les villes comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, compte tenu de la forte concentration de la population dans ces 2 agglomérations. Pendant 7 jours, 7484 personnes ont été interrogées. Ces investigations ont permis de faire l'état des lieux de l'impact des armes légères et de petits calibres sur l'essor socioéconomique du Burkina et les dispositifs réglementaires disponibles. L'enquête a permis également de connaître la perception et l'attitude des citoyens sur le sujet. Le Burkina, selon le Colonel Abdoulaye Barro, premier responsable CNLPAL, est le 2è pays après le Niger à avoir ratifié la convention de la CEDEAO sur les armes légères. Cette enquête vient à point nommé, a indiqué Barro. Car elle aura pour ambition d'harmoniser les cadres réglementaires et législatifs dans le souci d'être en conformité avec les textes communs à venir de la CEDEAO

Merneptah Noufou Zougmoré



24/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres