ALGÉRIE • Cinquante ans après, les essais nucléaires français font encore des dégâts

Il y a bientôt cinquante ans, la France procédait à des essais nucléaires dans le Sahara algérien, dont les effets ont été dévastateurs pour les populations. Une commission d'études sur le sujet a été organisée, le 11 février, par la Fondation du 8 mai 1945 (date du massacre de Sétif, jour de mémoire pour les Algériens ; la répression de manifestations indépendantistes par l'armée française avait fait plusieurs milliers de victimes). Pour le chercheur Abdelkhadim Al-Aboudi, docteur en physique nucléaire, cité par El Watan, il y a un lien entre les fausses couches, malformations, cancers et autres maladies rares observées dans la région et les essais nucléaires effectués par l'armée française entre 1960 et 1966. "On a enregistré 87 fausses couches en une année dans une petite commune de cette région", a-t-il relevé.

Le chercheur a également insisté sur "la nécessité d'ouvrir des centres de recherche spécialisés pour pouvoir traiter les effets de ces essais et prendre en charge médicalement les populations". El Watan signale en outre que le ministère de la Défense français a publié un projet de loi sur l' indemnisation des victimes. Le texte devrait être débattu par le Parlement au cours du premier trimestre 2009 mais il ne concerne pas les victimes civiles, déplore le quotidien. "Gerboise bleue" est le nom de code du premier essai nucléaire qui a eu lieu à Reggane [une oasis située au nord du désert de Tanezrouft] le 13 février 1960. C'est aussi le titre d'un documentaire à charge sorti en salles en France, le 11 février, qui donne essentiellement la parole aux victimes. http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=94587



18/02/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres