TDC : Les syndicats dénoncent les tracasseries

 La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l'impunité et les libertés (CCVC) appelle à une mobilisation contre l'application de la taxe de développement communal. La Coalition dénonce l'application insidieuse ou ouverte de la TDC par Simon Compaoré et ses collègues. En effet à Ouagadougou, le maire a instruit sa police à mener des opérations de contrôle. Tous ceux qui sont en infraction paie d'abord la taxe de développement communal puis la contravention.
Cette méthode de Simon Compaoré est appliquée aussi dans certaines localités du pays.
Dans les campagnes, les populations sont interpellées et sommées de s'acquitter de cette taxe. Les services des impôts et les forces de l'ordre mènent des opérations de contrôle musclées.
Selon la CCVC, ils procèdent souvent par intimidation.
La conclusion que les syndicats font de ce passage en force n'est rien d'autre qu'un mépris à l'endroit des populations. Ils estiment que les municipalités n'ont aucun respect pour leurs administrés. La mobilisation contre cette double taxation devrait amener les autorités à suspendre son application. Cette loi impopulaire donc illégitime et rejetée est contraire à l'idéal démocratique. C'est pourquoi, la CCVC considère la démocratie au Burkina comme la seule volonté des décideurs et non la volonté populaire.
Le gouvernement a fermé la porte au dialogue malgré la volonté des syndicats à trouver une issue heureuse à travers des contre propositions concrètes. Les syndicats avaient proposé entre autre l'institution d'un impôt sur la fortune, sur les propriétés bâties, non bâties, sur les propriétaires des grandes fermes retirées des mains des paysans, et aussi reconsidérer la politique de fortes réductions d'impôts et d'exonérations appliquées sur les capitaux, les grosses fortunes et les gros loyers.
Elle avertit toutefois qu'en dépit d'un tel mépris du peuple, ce coup de force ne passera pas. Le peuple déjà assommé par la vie chère ne se laissera pas faire. La CCVC appelle alors les populations à résister pour faire triompher la justice, la volonté du peuple et le respect des règles du jeu républicain. Pour la Coalition, c'est la seule alternative pour la survie et "un tel comportement de nos autorités ne laisse pas souvent le choix aux populations". Abdoul Razac Napon



16/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4227 autres membres