Retour gagnant pour Hillary Clinton

Alors que les sondages annonçaient sa défaite dans le New Hampshire, la candidate démocrate est arrivée en tête devant Barack Obama. Une victoire qui relance sa campagne et complique les affaires de son principal rival démocrate.

 

 "Qui pleure maintenant !" C'est sous ce titre que le quotidien populaire new-yorkais Newsday revient sur la victoire de Hillary Clinton, faisant référence aux larmes qu'elle avait versé la veille du scrutin.

Le New Hampshire a bien été le pare-feu que le camp Clinton espérait depuis longtemps. De même que les électeurs de cet Etat avaient sauvé la candidature de Bill Clinton il y a seize ans, ils ont ranimé, le mardi 8 janvier, celle de la sénatrice Hillary Rodham Clinton. La lutte Clinton-Obama se déplace maintenant vers le Nevada (19 janvier) et la Caroline du Sud (26 janvier), puis vers une vingtaine d'Etats parmi lesquels la Californie, New York, le New Jersey et l'Illinois (5 février). Les deux camps sont prêts et, avec deux candidats populaires, déterminés et dotés de gros moyens financiers, les démocrates vont connaître une bataille sans précédent depuis une génération. Le résultat de mardi contredit les conclusions des derniers sondages qui donnaient une victoire confortable à Obama. Il procure un énorme avantage psychologique au camp Clinton comme au républicain John McCain et a torpillé le sentiment de joie anticipée qui régnait dans le camp Obama.

Il est difficile de dire exactement ce qui a mis fin à l'élan d'Obama. Pour certains stratèges, c'est la prestation de Hillary Clinton lors du débat de samedi, où elle a déclaré que "les mots" n'étaient pas des "actes", et s'est efforcée de détourner les électeurs du discours et de l'énergie débordantes d'Obama pour les faire se concentrer sur la question pratique de savoir ce qu'il faut pour produire un véritable changement. Pour d'autres, c'est son moment d'émotion dans le New Hampshire le lundi 7 janvier, quand sa voix s'est brisée alors qu'elle parlait de ce qui la motivait. Cette scène, qui est repassée en boucle à la télévision pendant les dernières heures de la campagne, a révélé un côté d'elle qu'on avait rarement vu auparavant, une Hillary Clinton plus vulnérable que la "femme dure" que décrit son propre camp.

Quoi qu'il en soit, les femmes ont soutenu Mme Clinton plus qu'elles ne l'avaient fait dans l'Iowa, où Obama avaient séduit davantage d'électrices qu'elle. Dans le New Hampshire, les sondages de sortie des urnes réalisés par le National Election Pool montrent que Hillary Clinton a conquis les femmes haut la main. Obama a séduit les électeurs masculins avec à peu près la même marge, mais, comme les femmes représentent dans cet Etat plus de la moitié de l'électorat, la victoire de Mme Clinton était assurée. La clé du succès pour Hillary, c'est peut-être sa capacité de formuler un raisonnement allant au-delà de l'affirmation que son expérience la rend bien plus prête qu'Obama à accéder au Bureau ovale.

Obama doit désormais relever quelques défis. Le premier sera de regonfler le moral de ses troupes, qui a plongé en flèche après les premières annonces d'une possible victoire de Hillary Clinton dans le New Hampshire. Sa défaite va compliquer sa campagne car il va être davantage sous le feu des médias et subir probablement des attaques qu'il n'a pas connues au cours de sa carrière politique. Hillary Clinton a l'avantage en termes d'adhésion, mais Obama a depuis l'Iowa obtenu le soutien de plusieurs élus dans certains des Etats qui voteront le 5 février. "Il y a aujourd'hui bien plus d'intérêt qu'il y a une semaine", a déclaré l'un de ses conseillers quelques heures avant la fermeture des bureaux de vote du New Hampshire. Le camp Obama affirme depuis des semaines s'être préparé à ce que la bataille pour la candidature dure au moins jusqu'au 5 février. David Plouffe, le directeur de campagne, a confié mardi qu'ils avaient déjà du personnel et des structures dans 19 des 22 Etats et qu'ils auraient bientôt des collaborateurs dans les trois autres.

---
Mardi 8 janvier, dans le New Hampshire, Hillary Clinton a obtenu 39 % des votes, contre 36 % pour Barack Obama et 17 % pour John Edwards. Du côté républicain, John McCain en a obtenu 37 %, Mitt Romney 32 % et Mike Huckabee 11 %. Dan Balz
The Washington Post



10/01/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres