Obama séduit l'opinion mais pas les électeurs

Le candidat démocrate a beau aimanter les foules aux Etats-Unis comme à l'étranger, il reste incapable de creuser l'écart dans les sondages avec son rival John McCain. ne question continue de poursuivre Barack Obama alors même qu'il franchit un à un les écueils dans la course à la Maison-Blanche : pourquoi ne s'en sort-il pas mieux ?

Cette question se posait déjà lorsqu'il se battait contre Hillary Clinton dans de nombreux Etats durant les primaires démocrates, obtenant des résultats qui contrastaient parfois avec les immenses foules enthousiastes accourues pour l'écouter. Et la voilà qui revient à nouveau, alors que le sénateur de l'Illinois vient juste de rentrer d'une tournée à l'étranger que même les républicains ont qualifiée de triomphale.

En l'occurrence, la question est de savoir pourquoi, compte tenu de la rancœur des Américains vis-à-vis du président Bush et du Parti républicain et de l'impression qu'Obama est le candidat qui mène la meilleure campagne, le sénateur de l'Illinois ne dispose pas d'une avance plus confortable dans les sondages nationaux. Dans la plupart des récentes enquêtes d'opinion, Obama ne devance McCain que de 6 à 7 % au niveau national, et il dépasse rarement le seuil des 50 % d'intentions de vote. Des statistiques qui créent une sourde inquiétude chez certains démocrates.

"Cela fait des années que les électeurs américains connaissent John McCain", commente Bill McInturff, un sondeur républicain. "Mais nombreux sont ceux qui se demandent : 'Qui est donc ce Barack Obama ? Avions-nous entendu parler de lui il y a à peine six mois ?' Il n'a que 46 ans, et c'est quelqu'un que personne ne connaît."

Pour Peter Hart, un sondeur démocrate, les enquêtes d'opinion prouvent qu'il ne faut pas oublier les obstacles particuliers auxquels doit faire face Obama. "C'est un Africain-Américain dont le parcours est tout à fait inhabituel et auquel peu d'Américains peuvent s'identifier, note-t-il. Ajoutez à cela le fait qu'il a passé seulement quatre années au Sénat et possède très peu d'expérience internationale. C'est un grand bond que doit faire l'opinion américaine."

Mais, en réalité, Obama est-il vraiment en difficulté ? Ces sondages d'été traduisent-ils réellement une contre-performance ou des faiblesses fondamentales dans sa campagne ? Compte tenu de l'histoire des élections présidentielles des cinquante dernières années et de la polarisation croissante de la vie politique américaine, une victoire de l'un des deux candidats avec une marge de sept points en novembre serait considérée comme un triomphe. "Si l'on se réfère à la tendance historique, les présidentielles sont toujours serrées", rappelle David Plouffe, le directeur de campagne d'Obama.

En l'an 2000, en 1968 et en 1960, lorsque le président sortant ne s'est pas représenté, l'écart entre les candidats démocrates et républicains a été inférieur à 1 %. En 1988, George Bush a battu Michael Dukakis avec une marge de sept points. Quatre ans plus tard, Bill Clinton a devancé Bush père de six points, dans une triangulaire à laquelle participait le Ross Perot. A en croire certains experts, Obama se trouve dans la même situation que Ronald Reagan en 1980. Reagan se présentait face à un président sortant impopulaire, Jimmy Carter qui, malgré ses faiblesses, était une figure connue. C'est seulement après avoir convaincu les électeurs qu'il ferait un président crédible que Reagan a décollé dans les sondages. "Il a fallu beaucoup de temps à l'opinion pour prendre Ronald Reagan au sérieux et se décider en sa faveur, se souvient Peter Hart. Mais une fois les vannes ouvertes, plus rien ne pouvait l'arrêter."

Les conseillers d'Obama avouent leur inquiétude devant la difficulté de leur candidat à franchir le cap des 50 % d'intentions de vote – qui rappelle, sondage après sondage, combien sont nombreux les Américains qui ne sont pas encore prêts à lui donner leur voix, ou peut-être qui ne le seront jamais. Mais, dans une course limitée à deux candidats comme celle-ci (pour l'heure, le candidat du parti libertarien Bob Barr et le candidat indépendant Ralph Nader n'ont guère d'impact), la victoire s'acquiert avec moins de 50 % des voix. Hormis Bush père en 1988 et Eisenhower en 1952 (les deux l'ont emporté haut la main), la plupart des présidents récents ont entamé leur mandat sans avoir remporté la majorité du vote populaire.

Enfin et surtout, il reste deux conventions et trois débats avant le scrutin du 4 novembre. Bon nombre d'Américains ne commenceront à prêter vraiment attention à l'élection présidentielle que début septembre. Les électeurs ne se prononcent peut-être pas encore parce qu'ils ont toutes sortes d'appréhensions à l'égard d'Obama. Ou alors, ils ne sont peut-être tout simplement pas disposés à prendre une décision aussi tôt.

 

Adam Nagourney
The New York Times



01/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres