Obama et Clinton pactisent avec le diable

 

Après avoir boudé la chaîne d'information Fox News, jugée trop républicaine, les deux candidats à l'investiture démocrate y multiplient leurs apparitions. Une stratégie qui déplaît aux militants les plus opposés à la chaîne de Rupert Murdoch.

Il y a tout juste un an, Fox News était considérée comme une chaîne pestiférée dans bien des cercles démocrates. Or il semblerait que la chaîne d'information ne soit plus autant vouée aux gémonies. L'an dernier à la même époque, des militants de gauche avaient fait pression pour que les démocrates se tiennent à l'écart de ce qu'ils présentaient comme un "porte-parole républicain", et avaient réussi à torpiller deux projets de débat sur la Fox. Barack Obama et Hillary Clinton, redoutant de contrarier la base de leur parti, avaient limité leurs apparitions sur la chaîne.

Les candidats ne font désormais plus autant la fine bouche. "La Fox a assuré une meilleure couverture d'Hillary Clinton que toutes les autres chaînes", déclarait la semaine dernière Terry McAuliffe, directeur de la campagne de Clinton. Depuis quelque temps, les deux candidats démocrates sont de plus en plus présents sur la chaîne. Au cours des quatre premiers mois de 2008, Clinton a accordé dix interviews à Fox News, pour seulement trois en 2007. Obama en est à huit cette année, pour deux l'an dernier. "Les deux sénateurs sont des gens brillants", explique John Moody, directeur adjoint de l'information de la chaîne. "Ils sont aux prises dans une lutte très serrée, et ils comprennent que le fait de venir sur Fox News est un moyen de toucher la majorité des gens qui regardent les infos sur le câble." Certes, Fox News n'a pas enregistré les énormes progressions en parts d'audience affichées par ses rivaux CNN et MSNBC. Mais elle demeure la principale chaîne d'information sur le câble, capable d'attirer cette année jusqu'à 1,78 million de téléspectateurs en prime time, soit une augmentation de 11 % par rapport à l'année dernière pour la même période. CNN atteint en moyenne 1,18 million, une hausse de 52 %, tandis que MSNBC en rassemble 734 000, 47 % de mieux.

Ce rapprochement entre les démocrates et la chaîne d'information survient alors que les candidats, dans leur course à l'investiture, s'efforcent de séduire non les fidèles du parti, mais les indécis qui partagent les opinions populistes de Fox News. La chaîne s'avère un forum particulièrement séduisant à la veille de la primaire démocrate de mardi dans l'Indiana, au cours de laquelle les électeurs républicains et indépendants peuvent également voter. Une enquête réalisée l'an dernier auprès de 10 000 personnes par l'institut de recherche sur la consommation Mediamark Research montre que 39 % des téléspectateurs de Fox News se décrivaient comme étant très ou assez conservateurs, 47 % comme au centre et 20 % comme étant de gauche. Le dégel entre la chaîne et les démocrates est un signe de la puissance inébranlable de la Fox, qui, en dix ans, est devenue un véritable phare politique.

Les blogueurs qui, l'année dernière, ont lancé la campagne anti-Fox News dans l'espoir de marginaliser la chaîne, ont été atterrés par les interviews que lui ont accordées Obama et Clinton cette semaine. "Cela revient à légitimer une chaîne de droit qui va se servir de cette crédibilité pour les salir durant la présidentielle", lance Eli Pariser, directeur de MoveOn.org, une organisation qui regroupe les anti-Bush. "Ils font ça parce que ça les aide à court terme, mais nous savons tous qu'à long terme, ça leur portera tort." Eli Pariser ne voit dans cette reprise du dialogue avec Fox News qu'un "moment de faiblesse". "La bagarre n'est pas terminée, dit-il. Fox fera tout ce qu'il faut pour rappeler aux candidats et aux démocrates pourquoi on ne peut pas lui faire confiance."

Quand on les interroge sur les angoisses suscitées chez les militants par les apparitions des candidats démocrates sur Fox News, les porte-parole aussi bien d'Obama que de Clinton se contentent de répondre que la chaîne avait depuis longtemps déposé des demandes d'interviews qui n'avaient pas pu être intégrées au programme des deux sénateurs avant cette semaine. "Bill O'Reilly, l'animateur vedette de Fox News, rassemble une grande audience, et, ce que veut Hillary Clinton, c'est tendre la main à ces gens, leur parler, même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec elle", affirme Mo Elleithee, porte-parole de Clinton. Exaspérés par ce qu'ils perçoivent comme un biais en faveur d'Obama dans une grande partie des médias, les partisans d'Hillary Clinton, comme Terry McAuliffe et le gouverneur de Pennsylvanie Edward G. Rendell ne tarissent plus d'éloges sur Fox News. La chaîne a même diffusé une publicité où Terry McAuliffe vantait "sa justesse et son équilibre" [en anglais "fair and balanced", le slogan officiel de la chaîne].

Matea Gold
Los Angeles Times



05/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres