Le Tunisien Ben Brik interdit de séjour à Alger

Invité par l'ambassade de France à Alger dans le cadre d'une rencontre littéraire, le journaliste et écrivain tunisien Taoufik Ben Brik a vu son déplacement annulé. Pour éviter un incident diplomatique, précise le quotidien El-Watan.

Taoufik Ben Brik, écrivain, journaliste, agitateur et, comme son nom l'indique, tunisien, a écrit un livre sur Tunis, sa ville et sa vie, qu'il a intitulé Je ne partirai pas. Aimant sa Carthage, ses dédales et ses "décadents en fin de cycle", il a cette rare particularité chez les auteurs maghrébins, celle de ne pas avoir pour objectif de vivre dans le XVIe arrondissement de Paris. Je ne partirai pas, paru à Alger dans une maison d'édition algérienne, a été invité en même temps que son auteur en Algérie.

En guise de mise au point officielle du régime, il lui a été répondu : "Tu ne viendras pas." Interdit d'atterrir à Alger, l'écrivain tunisien annoncé dans la capitale de la culture arabe ne viendra donc pas aujourd'hui. L'argument a été trouvé, bien que non annoncé, on a rappelé qu'il y a quelques années Ben Brik avait traité "Ali la Pointe" de proxénète et la révolution algérienne d'histoire de fous magnifiques qui ont tout laissé, même leurs mauvais côtés, pour l'indépendance.

Cela étant, reste le reste. On respecte plus un écrivain vivant à Paris que le même vivant à Alger ou à Tunis, et l'Union du Maghreb arabe (UMA) en construction ne sera pas celle des populations, des femmes, des hommes et des vulcanisateurs, mais celle des apparatchiks, des autocrates, des réunions bureaucratiques et des officiels en costume. Reste la révolution algérienne, belle et généreuse comme un livre, hélas revue et corrigée ! Il est triste de voir aujourd'hui que n'importe quel jeune de 20 ans assimile le "moudjahid" à un journal, un quotidien officiel qui ne dit jamais la vérité.

Reste la conclusion. Une lecture particulière a été faite de cette interdiction. Ben Brik est tunisien ; à Alger, il rappelle Bourguiba, autre autocrate, déposé pour raisons médicales après avoir obtenu la présidence à vie. Les lecteurs de livres d'histoire et de géographie auront compris d'eux-mêmes.

Chawki Amari
El Watan



23/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres