La Tribune de Genève refuse que la Suisse s'excuse auprès de Kadhafi

Le ministère des Affaires étrangères suisse, qui a indiqué cette semaine que la Libye exigeait des excuses de la Suisse après l'arrestation du fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, souhaite que "les modalités conduisant à la fin de la procédure pénale soient définies". Elle concerne une affaire qui remonte au 17 juillet et qui complique depuis les relations entre les deux pays : Hannibal, l'un des fils du colonel Kadhafi, et son épouse avaient alors été arrêtés dans un palace genevois, puis libérés sous caution, pour des actes de maltraitance à l'égard de leurs domestiques. Le quotidien suisse la Tribune de Genève refuse clairement les exigences de Tripoli. "Comment imaginer un instant des excuses de la police genevoise ou un classement 'politique' de l'affaire ? Cela serait aussi honteux que d'avoir simplement laissé filer les Kadhafi pour éviter les foudres du tout-puissant libyen. La tâche des diplomates est certes délicate, mais qu'ils ne comptent pas sur Genève. Et à tous ceux qui, dans cette affaire, fustigent déjà les autorités du bout du lac, rappelons que le coupable de la crise s'appelle Mouammar Kadhafi", écrit le journal.



09/08/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres