Italie : les femmes veulent l’IVG

 

Des milliers de femmes (et des centaines d'hommes) ont manifesté, le 14 février, dans plusieurs grandes villes italiennes pour défendre la loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG), rapporte le Corriere della Sera.

Organisées par les partis de gauche et les organisations laïques et féministes, ces manifestations visaient à protester contre l'intervention de la police dans la Polyclinique de Naples, alertée pour un cas d'IVG illégale présumée. A Rome, les ministres de la Santé Livia Turco, de la Jeunesse et des Sports Giovanna Melandri et de la Solidarité sociale Paolo Ferrero, ainsi que plusieurs parlementaires et personnalité du spectacle, ont défilé devant le ministère de la Santé en brandissant des pancartes "Touche pas à la 194" (la loi sur l'IVG). Dans d'autres villes, de Naples à Bologne en passant par Milan, les manifestantes ont défilé devant les cliniques et les hôpitaux où sont pratiquées les IVG.

Réglementée depuis 1978, l'interruption volontaire de grossesse est depuis plusieurs années au centre d'une campagne – visant à restreindre son application, voire à l'abroger – lancée par le Vatican et relayée par plusieurs responsables politiques de droite comme de gauche (surnommés respectivement "teocon" et "teodem") et, dernièrement, par le bouillonnant directeur du quotidien Il Foglio. Giuliano Ferrara. Celui-ci a créé il y a quelques jours une liste électorale antiavortement, dont le seul objectif est d'obtenir un moratoire sur l'IVG en Italie et dans le monde.

Son initiative risque toutefois de rester un cas isolé car ni Silvio Berlusconi, leader du principal parti de droite, le Peuple des libertés, ni son adversaire de gauche, le leader du Parti démocrate Walter Veltroni, ne veulent aborder les thèmes éthiques comme l'avortement pendant la campagne pour les législatives des 13 et 14 avril.



16/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres