Face au GPS, le GLONASS russe ne fait pas le poids

Ce devait être "la gloire de la science et de la technologie russes", rappellent les Novyé Izvestia. Mais le système de navigation par satellite GLONASS n'est pas à la hauteur de cette ambition, de l'aveu même du vice-Premier ministre Sergueï Ivanov. Le 23 janvier, lors d'une réunion de Roskosmos, l'agence spatiale russe qui coordonne le projet, Ivanov n'a pas ménagé ses critiques, d'autant plus amères que ce grand projet, initié à des fins militaires dans les années 1980, était placé sous sa tutelle.

Pour l'heure, le GLONASS couvre moins de 60 % du territoire russe, alors que le GPS est mondial. En outre, le degré de précision du système américain est à un mètre près, contre dix mètres pour son rival russe. Ces performances devraient être améliorées après l'envoi de trois satellites russes pour compléter les seize autres déjà en orbite. A partir de février, le système russe sera néanmoins commercialisé, à un tarif au moins deux fois plus élevé que le GPS...



24/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres