Du jean moulant au foulard islamique

Regain de religiosité ou phénomène de mode, le nombre de femmes portant le hijab ne cesse d'augmenter malgré la répression des autorités au nom des valeurs laïques.

Foulard assorti au sac à main, longue jupe saillante, les Tunisiennes sont de plus en plus nombreuses à arborer le hijab, le foulard islamique qui, longtemps noir et blanc, a gagné en couleurs. "Je suis voilée tout en ayant une tenue moderne et je suis bien intégrée dans mon travail", affirme Imen, 24 ans, animatrice dans une radio. Les stylistes ont concocté des modèles qui respectent les préceptes de l'islam tout en y apportant une touche de modernité. Phénomène de mode qui permet aux femmes de ne plus devoir choisir entre modernité et tradition, le nouveau hijab est aussi le fruit de l'influence grandissante des chaînes de télévision religieuses. Accessibles via le satellite, elles prêchent souvent un islam radical et insistent sur l'obligation de porter le voile. Cinquante ans après la promulgation du Code du statut personnel qui a émancipé la femme tunisienne, le foulard fait un retour en force. "C'est un phénomène de reconnaissance identitaire chez les femmes tunisiennes qui sont à la recherche de repères. Le foulard en est un", estime le sociologue Khalil Zommitti.

Le pouvoir tunisien n'est pas resté indifférent à cette tendance. "On m'a menacée, ainsi que ma famille. La police m'a interpellée trois fois pour port du foulard islamique", confie Amel, une étudiante de 22 ans. A Tunis, les femmes voilées sont régulièrement inquiétées par la police. Les lycéennes et les étudiantes qui ont fait ce choix n'ont pas le droit d'assister aux cours, voire de passer leurs examens. Interpellées dans la rue, elles sont parfois forcées de signer un engagement à ne plus porter le hijab, sur la base d'un décret promulgué en 1981 par l'ancien président Habib Bourguiba et remis en application en octobre 2006.

Depuis un an, les autorités tunisiennes ont lancé une vigoureuse campagne contre les habitudes vestimentaires "d'inspiration sectaire importées de l'extérieur". Elles voient dans cet affichage de signes religieux une menace pour une République qui s'est toujours voulue laïque et une dérive intégriste de la part des courants islamistes, étouffés par une dure répression du pouvoir depuis des décennies, particulièrement depuis les années 1990. "Si nous acceptons aujourd'hui le port du hijab, nous serons conduits demain à accepter que le droit de la femme au travail, au vote et à l'enseignement lui soit dénié", a déclaré Hédi M'henni, le secrétaire général du Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti au pouvoir.

A l'inverse, le Comité de défense du hijab, créé début 2007, défend l'idée d'un Etat en harmonie avec une nation de culture musulmane. Le comité recense les cas de jeunes filles harcelées ou à qui des policiers ont arraché leur foulard et appelle les victimes à recourir à la justice. En octobre 2007, un tribunal a ainsi donné raison à une enseignante qui contestait son renvoi d'un établissement pour port du voile, déclarant le décret de 2006 inconstitutionnel. Considérée comme un recul des laïcs face à l'intégrisme, cette décision a été saluée par les islamistes et a suscité la réaction des autorités : un autre décret émanant du ministère de l'Enseignement interdit désormais le voile dans les établissements scolaires.

Il n'empêche que le voile continue à gagner en popularité et donne naissance à un commerce prospère. "J'avais du mal à arrondir mes fins de mois en vendant du parfum et de la lingerie. Désormais, je vends des foulards et la demande ne cesse d'augmenter", confie Naïma. Les contrôles policiers n'ont toutefois pas laissé ce commerce prospérer dans les grandes boutiques de la capitale, faisant le bonheur des commerçants du marché noir.

La question du voile résume toute l'ambiguïté de la Tunisie actuelle à la recherche de son identité entre foulard islamique et jean moulant, entre Orient et Occident. Fethi Djebali et Thamer Mekki (Syfia)
Le Messager



14/06/2008
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres