Bill Clinton, un partenaire encombrant

Omniprésent aux côtés de son épouse depuis plusieurs semaines, l'ancien président a tendance à brouiller la campagne électorale d'Hillary. Les conseillers de la candidate souhaiteraient aujourd'hui qu'il s'efface.

L'équipe de campagne de Hillary Clinton se demande si elle n'a pas fait une grave erreur en Caroline du Sud [Etat dont la primaire a été largement remportée par Barack Obama le 26 janvier] et va tenter de cantonner, de nouveau, l'ancien président Clinton dans le rôle d'époux sympathique et encourageant qu'il tenait avant la défaite de Hillary aux caucus de l'Iowa, le 3 janvier dernier.

Cette décision survient alors que les démocrates, membres ou non de l'équipe de campagne, s'interrogent de plus en plus sur le rôle de l'ancien président, certains lui reprochant même d'avoir sévèrement nuit à la candidature de sa femme en s'en prenant vertement à Barack Obama la semaine dernière.

"Je pense que sa rudesse a nui à Hillary. Non seulement cela polarise la campagne et l'électorat, mais en plus cela brouille le message positif de la candidate", explique Celinda Lake, une stratège démocrate. Et, alors que Hillary Clinton s'efforce depuis des mois de conquérir l'électorat féminin, ses conseillers craignent que le retour de son mari sur le devant de la scène n'ait terni son image de femme de tête.

Se faisant l'écho des réflexions de plusieurs conseillers de campagne de la candidate, Linda Fowler, professeur de sciences politiques à l'université de Dartmouth, estime que les attaques de Bill Clinton à l'encontre du sénateur Obama ont causé du tort à sa femme. "Les électeurs n'aiment pas l'idée de coprésidence et, l'ex-président s'imposant dans la campagne comme il l'a fait, les gens ont commencé à voir la candidature Clinton comme une coprésidence", explique-t-elle. "C'est encore plus compliqué du fait qu'elle est une femme. On se dit soit qu'elle a besoin de lui pour mener sa barque, soit qu'elle n'est pas capable de le tenir à distance."

Même le représentant de New York, Charles Rangel, l'un des principaux soutiens de Hillary, a déclaré dimanche que Bill Clinton avait le devoir de s'effacer dans les semaines qui viennent. "Il le faut. Hillary doit redevenir le centre d'attention. Peu importe combien il aime sa femme, c'est à elle de remporter cette élection, et il est devenu trop encombrant."

Néanmoins, selon les conseillers de Hillary, l'ancien président va continuer à faire campagne pour sa femme presque à plein temps jusqu'au 5 février, date du "Super Tuesday", où 22 Etats organisent des primaires. Il devrait toutefois adopter une attitude plus positive et reprendre son rôle d'avant l'Iowa, quand il se contentait de soutenir le bilan et le projet politique de sa femme plutôt que de vilipender Obama.

Patrick Healy
The New York Times



30/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres