USA : Le New York Times vote pour Hillary... et pour John McCain

A moins de deux semaines du "super-mardi" du 5 février, date à laquelle plus de vingt Etats vont organiser simultanément des primaires, le grand quotidien de New York a décidé de prendre parti.

C'est officiel, les éditorialistes du New York Times ont fait leur choix parmi les candidats à l'investiture des deux partis. Côté démocrates, la préférence de la rédaction va très clairement à Hillary Clinton : "A l'approche des primaires cruciales du 5 février prochain, le comité éditorial du New York Times recommande vivement aux électeurs démocrates de voter pour Hillary Clinton, afin que celle-ci devienne la candidate du parti à la présidentielle du mois de novembre", peut-on lire dans les pages éditoriales du quotidien.

Les éditorialistes reconnaissent tout de même de grandes qualités à son rival. "En choisissant Hillary Clinton, nous ne nions pas le talent de Barack Obama ni l'enthousiasme qu'il a su susciter. L'idée que, pour la première fois, un Africain-Américain puisse devenir le candidat du Parti démocrate est exaltante. Mais l'idée qu'une femme puisse le devenir l'est tout autant", poursuit le New York Times, qui souligne également que, "sur les grands sujets, il n'y a pas réellement de fossé entre les deux candidats. Tous deux promettent de mettre un terme à la guerre en Irak. Ils promettent également de restaurer les libertés civiles et de mettre fin à la politique de division qui a caractérisé les deux mandats de George W. Bush à la Maison-Blanche."

Certes, "la perspective d'une présidence Obama est engageante, mais notre pays est confronté à d'importants problèmes et va sans doute au-devant de nombreuses autres difficultés. Notre prochain président devra s'attaquer immédiatement à ces problèmes et y apporter des solutions concrètes. A cet égard, Mme Clinton est aujourd'hui la mieux qualifiée pour devenir la présidente", note le quotidien, pour conclure : "Nous savons qu'elle est capable d'unir le pays et de le diriger. Ses idées, son come-back dans le New Hampshire puis dans le Nevada, sa nouvelle façon de dévoiler sa personnalité et de ne plus se contenter de seulement défendre son programme montre qu'elle a les capacités pour le faire. Elle est le meilleur choix pour un Parti démocrate qui cherche à reprendre la Maison-Blanche."

Mais la profession de foi du New York Times ne s'arrête pas là. Dans un second éditorial, beaucoup plus incisif, les membres de la rédaction appellent à voter pour le candidat républicain John McCain, non sans souligner au préalable qu'ils "sont en désaccord avec tous les républicains dans la course".

"Ces candidats n'ont aucun plan pour rapatrier les troupes d'Irak et s'appuient sur des théories économiques éculées", assènent les éditorialistes, expliquant qu'ils ont cependant dû faire un choix et que celui-ci s'est révélé plutôt aisé : "Le sénateur John McCain est le seul candidat républicain qui mettra fin à la manière dont Bush a gouverné ce pays au nom d'une petite minorité."

Quant aux autres républicains en lice, ils sont tout bonnement disqualifiés par le journal : "Pourquoi, en tant que quotidien new-yorkais, ne prenons-nous pas fait et cause pour notre ancien maire Rudy Giuliani ? Nous avions pourtant soutenu sa réélection à la mairie en 1997, après qu'il eut montré qu'une ville sale, dangereuse et réputée ingouvernable pouvait devenir une cité calme, ordonnée et propre. Nous reconnaissons également qu'il a su réagir vite après les attentats du 11 septembre 2001, alors que le reste de nos dirigeants avaient préféré disparaître. Mais cet homme-là n'est pas candidat à la présidentielle. Le Giuliani d'aujourd'hui est un homme étroit d'esprit et vindicatif. Son arrogance et ses errements sont tout bonnement stupéfiants. Quant aux autres candidats républicains, ils ne valent guère mieux", conclut le New York Times.

Bérangère Cagnat
The New York Times



25/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres