Bonne gouvernance : Chissano, un exemple à suivre

L’ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano, s’est vu décerner le 22 octobre 2007 à Londres le premier prix Mo Ibrahim, doté de 5 millions de dollars et récompensant la bonne gouvernance en Afrique, pour son rôle dans la réconciliation du pays. L’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan a dévoilé le nom du lauréat de ce prix au montant plus élevé que le prix Nobel lors d’une conférence de presse. L’ex-secrétaire général de l’ONU a par ailleurs rappelé que Chissano s’était retiré du pouvoir sans chercher un nouveau mandat "auquel la Constitution lui donnait droit". Joaquim Chissano a quitté la présidence mozambicaine en février 2005 après 18 ans au pouvoir. Le lauréat doit recevoir 5 millions de dollars (3,4 millions d’euros) sur 10 ans, suivi d’un versement annuel de 200 000 dollars (141.000 euros) par an le reste de sa vie. Il doit aussi recevoir 200 000 dollars par an destinés à financer de "bonnes causes et des activités d’intérêt public".

Le prix Mo Ibrahim a été conçu pour inciter la nouvelle génération de dirigeants africains à pratiquer une bonne gouvernance.

La fondation de Mo Ibrahim a fait fortune avec sa compagnie de télécommunication Celtel. Elle a également lancé cette année un projet faisant le classement des pays d’Afrique selon le niveau de leur gouvernance.

Ramata Soré



25/10/2007
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4231 autres membres